Corrèze : la vaccination repart avec la 7e vague

Publié le Mis à jour le

Avec un taux d’incidence de 790,6 cas pour 100 000 habitants, le département de la Corrèze voit un retour de la population dans les pharmacies pour se faire tester ou vacciner.

Depuis la mi-juin, Olivier Marquet président de la chambre syndicale des pharmaciens de la Corrèze voit débarquer de plus en plus de monde dans son officine. "Deux fois plus de personnes se font vacciner et principalement des gens de plus de 60 ans". 

Il y a encore quelques semaines, dans la pharmacie de ce professionnel, une seule plage de vaccination était ouverte. Ce mercredi 29 juin 2022, il y en a deux et Olivier Marquet se prépare même à en ouvrir une troisième. La préfecture et l’Ars du département de la Corrèze incitent même les personnes de plus de 60 ans à aller se faire vacciner pour la deuxième dose de rappel (soit la quatrième piqûre). Selon Sylvie Boué, directrice de l’ARS de Corrèze, la vaccination permet de protéger à 75% de la circulation des nouveaux variants, elle évite les formes graves donc un passage éventuel à l’hôpital".

Pour l’heure, la vaccination se poursuit chez les médecins, les infirmiers ou encore les pharmaciens. L’Ars n'exclue pas la possibilité de rouvrir certains centres de vaccination si la situation le demande.

Très contagieux, le nouveau variant BA.2, BA.4 est responsable d’une augmentation significative des taux d'incidence avec 790,6 cas pour 100 000 habitants en Corrèze. Elisabeth Borne, ainsi que les préfectures, et les agences régionales de santé, recommencent à préconiser les gestes barrières dans les lieux clos accueillant du public, surtout dans les pharmacies ou encore les transports. Selon l’ARS, le port du masque garantit à 76% la "non-contagiosité du virus".

Cette situation épidémique engendre aussi une augmentation des dépistages. Le nombre de personnes qui se font tester a triplé et un tiers d’entre eux sont positifs. "Lundi 20 juin, on a eu l’impression de se retrouver en février dernier, au moment de la vague précédente", confie Olivier Marquet.

Pour l’Agence Régionale de Santé, si chacun réactive les habitudes des mesures barrières et de la vaccination, "on ne devrait pas aller vers des mesures plus restrictives et on devrait passer plus sereinement cette 7e vague".