Les loisirs d'intérieur à l'arrêt et dans le doute en Corrèze

De nouveau fermés pendant le confinement, et déjà très impactés au printemps, les parcs de jeux d’intérieur aimeraient rouvrir pour ne pas faire une croix sur l'avenir. Leur situation sera exposée ce lundi 16 novembre par l'opposition au Sénat.

Près de 2000 loisirs d'intérieur en France comme cette salle à Brive.
Près de 2000 loisirs d'intérieur en France comme cette salle à Brive. © FTV
Bowling, salles de trampoline ou escape game : ils ont été parmi les derniers lieux à rouvrir fin juin en Limousin et partout en France avec l’application de mesures barrières.

Ces loisirs d’intérieur attendaient avec impatience de relancer leur activité mais le constat est rude cinq mois après pour Anne-Marie Champougny, gérante du parc Tigouigoui à Brive.
 

On a fait moins de 65 % de chiffre d’affaires par rapport à l’an dernier.



Après une période estivale - traditionnellement la moins chargée de l’année à cause du beau temps - le début de l’automne ne va pas sauver 2020 avec les  anniversaires organisés le mercredi et les week-ends. « Aujourd’hui c’est l’inconnu. On nous interdit de rouvrir alors qu’il n’y a pas plus de risques dans notre établissement » déplore la gérante.

Avenir incertain


Maxime Yonnet est gérant de « la Gaillard Académie », l’un des trois Escape Game corréziens avec Bring Out et Evadez-vous. Pour lui aussi, le reconfinement est un nouveau coup dur alors que la fin d’année représente 25% de son chiffre d’affaires annuel. « C’est une période cruciale. On fait de la trésorerie ce qui permet de réinvestir pour la suite ».
 
Les loisirs d'intérieur de nouveau à l'arrêt et dans l'incertitude


Ce patron et les autres n’imaginent pas penser à la suite si les fermetures devaient se prolonger. Pour les 2000 entreprises françaises du secteur, l'avenir est donc incertain. Le fonds de solidarité mensuel de 1500 euros peine à couvrir les charges fixes, qui sont en moyenne de 17 000 euros par mois. 

Les salles tiennent le coup en puisant dans leurs dernières réserves. Pour éviter une vague de dépôts de bilans, l'association française des loisirs indoor réclame un fonds de sauvegarde de 140 millions d'euros en 2021. Ce lundi 16 novembre, un amendement est présenté en ce sens au Sénat. 
 

Le 26 octobre dernier, des députés d’opposition LR dont Eric Woerth ont déposé un amendement à l’Assemblée dans le cadre du projet de loi de finances 2021 mais il a été rejeté.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement loisirs sorties et loisirs