"Nos ouvrages jouent un rôle de tampon". En Corrèze, les barrages sur la Dordogne amortissent les crues

Les cinq barrages hydroélectriques construits sur la Dordogne ont fait le plein avec les pluies intenses de ces derniers jours. Ils ont aussi joué un rôle important pour limiter les conséquences des crues de la rivière.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Nos équipes techniques suivent les niveaux d'eau en lien constant avec les services de prévisions des crues", explique tranquillement Vincent Marmonier. La tempête du week-end n'a pas posé de difficulté particulière pour les équipes du GEH (Groupe d’Exploitation Hydraulique) EDF Barrages Vallée de la Dordogne qu'il dirige.

Un rôle tampon

Nos barrages jouent un rôle de tampon sur le débit de la Dordogne en aval d'Argentat.

Vincent Marmonier, directeur GEH-EDF Barrages Vallée de la Dordogne

Ce dimanche 5 novembre à 16h, au plus fort de l'épisode pluvieux de la tempête Domingos sur la Corrèze, sans barrage, les débits naturels reconstitués de la Dordogne auraient dépassé les 1 100 m³/s. Le barrage du Chastang a permis de contenir le débit restitué à l’aval de l’ouvrage à un peu plus de 400 m³/s, évitant ainsi débordements et inondations importantes.

La saison de remplissage

"Les barrages à cette saison sont en phase de remplissage, on profite de cette période propice aux précipitations pour remplir nos retenues et stocker de l'eau" explique le directeur du GEH EDF Barrages Vallée de la Dordogne.

Pour lui, la période d'intenses précipitations de ces dernières semaines est bienvenue. Bort-les-Orgues, Marèges, l'Aigle, le Chastang et le Sablier, les cinq barrages hydroélectriques sur la Dordogne que compte la Corrèze ont fait le plein. "Les deux tiers de l'eau qui est tombée ont été stockés" précise Vincent Marmonier.

Anticiper les épisodes d'absence ou d'intenses précipitations, c'est la base de la gestion des ouvrages hydrauliques. Cette année, après la sécheresse estivale, les cinq barrages avaient un niveau plutôt bas, sans être critique, en pleine capacité d'accueillir l'eau qui est tombée. 

La décrue est amorcée

Les prévisions météorologiques annoncent une nouvelle semaine pluvieuse, mais les précipitations seront moins intenses.

Pour la Dordogne le niveau de vigilance crue est repassé de l'orange au jaune. Et sur les barrages, la décrue amorcée est flagrante : le débit naturel du fleuve a diminué de moitié ce lundi matin 6 novembre.