Tour du Limousin 2023. "Romain Grégoire est l'homme du jour, de cette semaine et des années à venir" selon le président

Ce jeudi 17 août 2023, la 3e étape du Tour du Limousin a sacré le jeune coureur Romain Grégoire, dans une course corrézienne escarpée entre Sarran et Bort-les-Orgues. Les 126 coureurs ont parcouru 195,5 kilomètres, c'était la plus longue étape de l'histoire du Tour depuis ces vingt dernières années.

Cette étape corrézienne lancée peu avant 13h ce jeudi 17 août promettait d'être cruciale et elle l'a été. Notamment par son relief très escarpé tout au long du parcours avant l'arrivée à Bort-les-Orgues en Corrèze.

Avec cette nouvelle victoire, le maillot jaune Romain Grégoire (Groupama-FDJ) s'offre une avance de 38 secondes sur son rival Benoît Cosnefroy (AG2R-Citroën). 

En écartant la possibilité d'un accident et avec l'équipe qu'il a, je ne vois pas comment Romain Grégoire pourrait perdre demain.

Christian Courbatère, président du Tour du Limousin Périgord-Nouvelle Aquitaine.

France 3 Limousin

Pour le président du Tour du Limousin, Christian Courbatère, les dés sont maintenant jetés : "Ce matin, je me disais que le Tour n'était pas encore joué. À présent, force est de constater que Romain Grégoire a assuré sa victoire de demain à Limoges."

Pour lui, cette 3ᵉ étape a une saveur exceptionnelle. "Normalement, les arrivées du Tour du Limousin se jouent à la seconde près, il y a des batailles jusqu'au bout. Mais là, il s'est imposé en vainqueur," note le président, encore impressionné par la performance du coureur de 20 ans. 

"L'étape la plus dure depuis 15 ans."

Avec ses sept cols à gravir, cette 3e étape a demandé des efforts colossaux aux 126 coureurs de cette édition. "On savait qu'elle allait être compliquée et elle a porté ses fruits, les meilleurs se sont exprimés.", note le président de la course. 

Mais ce n'est pas un hasard si cette étape cruciale a eu lieu en Corrèze, lorsque l'organisation du Tour réfléchit aux différents parcours, elle cherche les coins les plus escarpés du Limousin. "Les monts plus élevés de notre région sont du côté de la Corrèze. Alors, on a préparé cette étape reine. La preuve étant, tous les coureurs d'aujourd'hui sont arrivés un par un ou deux par deux tellement c'était dur.", se félicite Christian Courbatère.

On ne peut pas gagner cette étape si l'on est un coureur de second rang.

Christian Courbatère

France 3 Limousin

Le speaker du Tour, l'homme de vélo Daniel Mangeas, nous avait prévenus. Selon lui, cette 56e édition est "un tour extrêmement musclé, avec beaucoup d'enjeux, surtout dans l'étape l'aujourd'hui. Romain Grégoire est en tête, il semble qu'il aura le mental pour conserver sa place, mais rien n'est joué", prévient-il.

Mais attention, face à lui, Benoît Cosnefroy n'est qu'à 19 secondes et il va être revanchard, il va très vite au sprint.

Daniel Mangeas, historique speaker du Tour de France

France à Limousin

"Il y aura encore des bagarres."

Si la victoire du maillot jaune Romain Grégoire est largement pressentie, le président assure que le reste du classement nous réserve quelques bagarres. "Il y aura quand même du beau jeu jusqu'à l'arrivée à Limoges demain. Ils se battront tous pour les dix premières places." 

Pour des coureurs de ce rang, terminer dans les premières places de ce Tour, classé parmi les huit premiers mondiaux selon son président, "c'est très beau."