Coronavirus : La Corrèze est, proportionnellement au nombre d'habitants, le département le plus touché de la région

Dépistage le 19 avril 2020 au Centre Hospitalier de Tulle, l'un des premiers foyers de l'épidémie en Corrèze / © France Télévisions - Matthieu Dégremont
Dépistage le 19 avril 2020 au Centre Hospitalier de Tulle, l'un des premiers foyers de l'épidémie en Corrèze / © France Télévisions - Matthieu Dégremont

Au 24 avril, la Corrèze compte 304 cas de Covid-19 contre 1338 pour la Gironde ou 577 pour la Vienne. Mais ramené au nombre d'habitants, c'est en fait à ce jour le département le plus touché de la Nouvelle-Aquitaine. Et le nombre de personnes hospitalisées pour l'instant ne diminue pas. 

Par Mathilde Brazeau

Avec 304 cas de Covid-19 déclarés au 24 avril, la Corrèze compte en valeur absolue plus de malades recensés que tous les autres départements ruraux de la Nouvelle-Aquitaine, comme la Creuse (121 cas) ou encore le Lot-et-Garonne (139 cas). Alors, certes, elle en comptablise beaucoup moins que la Gironde (1338 cas), la Vienne (577 cas) ou encore que la Charente-Maritime (377 cas), mais si on prend en compte le nombre d'habitants, c'est elle qui est la plus touchée de toute la région avec 126 cas pour 100 000 habitants.
La Corrèze est suivie de près par les autres départements du Limousin : 120 cas pour 100 000 habitants pour la Haute-Vienne et 103 cas pour la Creuse. A l'opposé, la Vienne (30 cas pour 100 000 habitants) et les Landes (32 cas pour 100 000 habitants) ont le plus faible ratio. 

La Corrèze est également un des deux seuls départements de la Nouvelle-Aquitaine (avec le Lot-et-Garonne) à voir son nombre total de personnes hospitalisées en augmentation (+20) entre le 17 et le 24 avril alors que tous les autres ont des indicateurs dans ce secteur en baisse
 

Des chiffres à relativiser

La Corrèze est le département le plus touché d'une région qui elle, est l'une des moins impactée de France. Donc finalement, en Corrèze, le nombre de cas reste malgré tout bien inférieur à la moyenne nationale qui est de 179 cas pour 100 000 habitants. 

Pour ce qui est de l'évolution du nombre de personnes hospitalisées, "cela dépend aussi de qui est décompté", tempère Philippe Nauche, le chef de service des urgences de l'hôpital de Brive. "Ici, nous avons deux unités covid : l'une pour les malades covid-19 avérés et l'autre pour ceux qui sont cas suspects et en attente de leurs résultats. Toutes ces personnes entrent dans les statistiques des personnes hospitalisées en Corrèze pour le coronavirus. Je ne suis pas certain que ce soit partout pareil". 
Et si le nombre officiel de personnes hospitalisées pour covid-19 ne baisse pas, en revanche, celui des malades en réanimation lui est stable, voire en baisse (10 cas au 24 avril contre 12 au 17 avril)

Mais c'est vrai que tous les jours, de nouveaux cas arrivent. Nous n'avons pas eu d'explosion, mais aujourd'hui, nous n'avons pas non plus de ralentissement. Nous ne sommes pas du tout en phase de décroissance. 

Et ce qui inquiète un peu le médecin pour les jours à venir ce sont les foyers logements et résidences autonomes pour personnes âgées. "Ces établissements n'ont pas de structures sanitaires. Les infirmières, aides-soignantes... qui interviennent viennent de l'extérieur. Et plusieurs cas de coronavirus ont déjà été détectés dans certaines de ces résidences ces derniers jours."

En revanche, à ce jour, aucun cas de Coronavirus n'a été diagnostiqué dans un EHPAD de Corrèze.

Poursuivre l'effort de confinement

Pour l'instant peu ou prou d'élements tangibles pour expliquer pourquoi la Corrèze se distingue en Nouvelle-Aquitaine. Et si les chiffres ne sont pas alarmants, ils montrent en revanche que le virus circule toujours dans le département et  pour le directeur de cabinet de la Préfecture de la Corrèze, Venceslas Bubenicek :

cela bat en brêche la perception d'une Corrèze qui serait épargnée. Nous sommes aussi touchés. 


La préfecture appelle donc à continuer les gestes barrières et poursuivre le confinement. Un confinement jusqu'à présent plutôt bien suivi par les Corréziens. Au 22 avril, 40 000 personnes ont été controlées et seules environ 5% d'entre elles étaient en infraction. 

Sur le même sujet

Les + Lus