Corrèze : les demandeurs d’asile de Peyrelevade en ont assez de cohabiter avec des cafards

Une manifestation avait lieu ce samedi 21 novembre devant le Centre d’accueil de demandeurs d’asile de Peyrelevade en Corréze. Une association dénonce les conditions d’accueil. Mais des aménagements sont déjà prévus.
 

56 personnes sont actuellement hébergées dans ce bâtiment réhabilité en 2015.
56 personnes sont actuellement hébergées dans ce bâtiment réhabilité en 2015. © France 3 Limousin
Une soixantaine de personnes ont manifesté cet après-midi devant le Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) de Peyrelevade, en Corrèze.

56 personnes sont actuellement hébergées dans ce bâtiment réhabilité en 2015. A l’époque, la mairie avait investi 900 000 euros.
  

Des cafards dans le plafond

Mais aujourd’hui, les conditions de vie semblent très difficiles.

Une résidente raconte :
"Le Cada c’est pas bon, on vit dans des conditions médiocres. Il y a des cafards qui sont dans les plafonds, dans les congélateurs, ils n’ont même pas peur du froid."

Mais au-delà des cafards, Manon Gilbert, de l’association Montagne Accueil Solidarité, a d’autres revendications : "Il n’y a aucun suivi psychologique pour les personnes qui ne parlent pas français, et aucune activité proposée. C’est un isolement total."
 

Le maire mobilisé

Pierre Coutaud, le maire de Peyrelevade, se dit conscient du problème.

Mais il regrette des tensions avec l’association qui a organisé la manifestation autour des demandeurs d’asile :
"Au niveau de la population il y a plutôt un regard bienveillant sur leur présence (…), les instituteurs et l’Éducation nationale sont hyper mobilisés autour d’eux, il y a des associations qui les accompagnent (…), des professions médicales qui jouent bien le jeu… Il y a un environnement qui n’est pas parfait mais qui crée des conditions d’accueil convenables."

Et la nécessité d’un grand ménage semble déjà prise en compte : un nettoyage complet est prévu la semaine prochaine.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie migrants société immigration