Drame familial en Corrèze : un père de famille frappé mortellement au marteau, son fils déféré devant le juge

Un jeune homme a été interpellé au domicile de sa famille, dans la nuit de jeudi à vendredi, sur la commune de Saint-Cyr-la-Roche en Corrèze. Sur fond de violences intrafamiliales, ce fils aurait frappé son père avec un marteau. L'homme a succombé à ses blessures.

La petite commune rurale de 470 habitants, à l'ouest de Brive, est sous le choc. Dans une maison proche du bourg de saint-Cyr-la-Roche, en Corrèze, un drame s'est déroulé dans la nuit du jeudi 21 décembre au vendredi 22 décembre.

Le père de famille serait rentré dans la soirée, fortement alcoolisé. Pour des raisons que l'enquête déterminera, le ton est monté et son épouse, ainsi que les trois enfants occupant la maison, se seraient sentis menacés par l'homme, armé d'un fusil. Le fils, d'une vingtaine d'années, aurait alors pris un marteau dans l'intention de neutraliser son père et protéger le reste de la famille. L'homme est décédé des suites de ces blessures.

Homicide volontaire ou involontaire ?

Après l'intervention des services de la gendarmerie de Brive, les techniciens de la cellule d'identification criminelle départementale ont été mobilisés dans la nuit pour analyser la scène de crime. Cette cellule dépend de la brigade départementale de renseignement et d'investigation judiciaire, qui regroupe d'autres capacités techniques d'enquête.

Celle-ci devra déterminer les circonstances du drame, notamment s'il existait des violences intrafamiliales au sein de cette famille le soir du drame et si le ou les coups portés l'ont été dans l'intention de donner la mort ou non. D'après les premiers éléments recueillis, il pourrait s'agir d'un seul coup porté en défense.

Le jeune homme a été déféré au Parquet à l'issue de sa garde à vue pour comparaître devant le juge d'instruction puis le juge des libertés et de la détention. Sa décision est attendue ce jour. L'autopsie devrait intervenir ce 26 décembre. Le pôle de l'instruction criminelle à Limoges est saisi. L'élue de la commune n'a pas souhaité s'exprimer.