Corrèze : le sport adapté mis en lumière au championnat de France de para canoë-kayak

durée de la vidéo : 00h02mn03s
Kayak adapté au championnat de France de Lissac-sur-Couze ©Julie Radenac / Camille Becchetti - France Télévisions

Contrairement au handisport, pratiqué par des athlètes souffrant d'un handicap physique, le sport adapté concerne les personnes atteintes d'une déficience mentale. Il compte de grands rendez-vous sportifs, comme le championnat de France de para canoë-kayak adapté qui s’est déroulé ce week-end en Corrèze.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

A 19 ans, Mathias Borde est un sportif aguerri. Ce Corrézien a des heures de canoë au compteur. Une passion pour l'eau, l'effort et le dépassement de soi apparue à l’âge de 7 ans. “J’avais beaucoup de mal au début mais il faut garder courage, être bien vaillant, il faut continuer l’entraînement, c’est très important… sans ça je ne pourrais pas être là aujourd’hui.” Tout est question de persévérance...

Prendre confiance en soi

Son ambition : décrocher l'or au 200 m. Pour l'encourager, il peut compter sur les cris de son éducatrice sportive à l'institut médico-éducatif de Malemort. Emilie anime la section canoë kayak au sein de l'établissement. Une activité épanouissante chez ces enfants atteints d'un handicap mental.

“C’est une discipline qui leur plaît, ça travaille leur autonomie, leur confiance en eux. C’est une activité de plein air, qui reste ludique… Après il faut quand même qu’ils prennent sur eux parce que ça peut faire peur : il y a du courant, du vent (...) Je trouvais que c’était intéressant de concilier tout ça, de leur apprendre à naviguer… d’abord par deux puis seuls.”

Emilie Renard, éducatrice sportive à l'IME de Puymaret

Une autre forme de handicap sportif

La participation des jeunes à ce championnat de France est l’aboutissement de ce travail : 21 délégations, 120 athlètes et l'ambition d'offrir de la visibilité au sport adapté, le parent pauvre du paralympisme.

“On essaie de se battre beaucoup pour montrer qu’il y a une autre forme de handicap sportif de très haut niveau et dont on ne parle jamais (...) On n’a rien contre le handisport, mais on aimerait bien que ce sport là handicapé soit également mis en valeur.”

Philippe Marchegay, directeur de l'organisation et du club Argentat Dordogne canoë-kayak

Slalom, course en ligne ou par équipe, ces kayakistes s'affrontent dans des catégories différentes selon la lourdeur de leur handicap. Mais sur l'eau les différences s'effacent, seules restent les grandes émotions du sport...

A l'issue de ces 3 jours de compétition, pas d'or pour Mathias, mais une moisson de médailles pour les athlètes corréziens.