Corrèze : noyade aux abords du barrage de l'Aigle

A proximité du barrage de l'Aigle, le niveau de la Dordogne peut monter de plusieurs mètres. / © J.S. Tingaud-France 3 Pays de Corrèze.
A proximité du barrage de l'Aigle, le niveau de la Dordogne peut monter de plusieurs mètres. / © J.S. Tingaud-France 3 Pays de Corrèze.

Un pêcheur s’est noyé mardi 3 septembre 2019 dans la Dodogne, en Corrèze. Il se trouvait à proximité du barrage de l’Aigle. Une enquête est ouverte pour déterminer si cet accident est lié à un lâcher d’eau en provenance du barrage. Cette procédure est très encadrée.
 

Par Noëlle Vaille

L’homme âgé de 80 ans et originaire de Soursac, en Corrèze, pêchait mardi 3 septembre 2019 avec son fils sur la Dordogne, en aval du barrage de l’Aigle.
Vers 19h, selon le témoignage de son fils, il aurait été « emporté par une vague ».
Les secours ont retrouvé son corps plus de 2 kilomètres plus bas.
Une enquête est en cours pour déterminer si cette noyage est liée à un lâcher d’eau provenant du barrage.

Une procédure très réglementée

Pour répondre à la demande d’électricité ponctuelle, EDF a recours à l’énergie hydraulique grâce aux barrages : les lâchers d’eau permettent d’entrainer les turbines et de produire ainsi rapidement de l'énergie.

Mais ces manœuvres sont rigoureusement encadrées et menées en partenariat avec les pouvoirs publics.
En effet, les abords des ouvrages hydrauliques sont dangereux pour les autres usagers des rivières.
Le risque le plus fréquent est la montée du niveau de l’eau au moment des lâchers. Elle varie en fonction de la typographie des lieux.
Au barrage de l’Aigle, elle peut atteindre plusieurs mètres, comme le rappelle l’une des campagnes de prévention d’EDF :

 Les lâchers d’eau du barrage de l’Aigle en Corrèze, dont la retenue est de 225 millions de m3 d’eau, font monter le niveau de la Dordogne de 4 mètres en quelques minutes.

Voilà pourquoi, la réglementation aux abords de ces ouvrages est stricte.
Des zones de sécurité sont balisées et rappellent les consignes ou l’interdiction de baignade, pêche, etc.

Tous les étés, des patrouilles de sensibilisation sont également organisées sur les rivières aux abords des barrages afin d’informer les usagers et les vacanciers.
EDF fait également un travail de prévention auprès des associations de pêche et autres

Mais aujourd’hui, il n’existe aucun moyen (alarme, signal sonore) pour informer le public lors des lâchers dans les cours d’eau.

En cas d’accident, Vincent Rivière, directeur EDF Hydraulique Massif-Central rappelle que toutes les dispositions sont prises pour que les personnes qui sont dans la rivière rejoignent la berge à tout moment


Que s’est-il passé hier à proximité du barrage de l’Aigle ? L’enquête de la gendarmerie devra le déterminer.
 

Sur le même sujet

Les + Lus