Les pédiatres du Limousin rappellent l'importance de la vaccination des bébés même en période de confinement

Jeunes parents vous le savez votre bébé doit obligatoirement être vacciné dès l'âge de deux mois contre 11 maladies dangereuses voire mortelles. Les médecins rappellent l'importance de respecter le calendrier, toutes les mesures sont prises pour que cette démarche se fasse en toute sécurité.

Charlotte, deux mois et demi, vaccinée et en pleine forme.
Charlotte, deux mois et demi, vaccinée et en pleine forme. © Pierre Gauthier
Le corps médical rappelle l'importance des vaccins du nourrisson. Même en période de confinement.
Rendus obligatoires depuis 2018 ils protègent contre 11 maladies : la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l’Haemophilus influenzae b, l’hépatite B, le méningocoque C, le pneumocoque, la rougeole, les oreillons et la rubéole.
Des affections extrêmement dangereuses voire mortelles.


Les inquiétudes des parents 

Cependant en période de confinement de nombreux parents se demandent s'il ne vaudrait pas mieux attendre le déconfinement pour procéder aux premiers vaccins.

C'est le cas de Julie et Pierre, ils habitent à Brive et sont  parents de la petite Charlotte. Née le 14 janvier dernier elle devait être vaccinée pour la première fois le 16 mars. Sa maman s'est interrogée :

J’avais rendez-vous le jour où le confinement a été décidé, j’étais donc très inquiète, j’ai même un peu paniqué, j’ai appelé la pédiatre qui m’a expliqué qu’il valait mieux braver le coronavirus plutôt que de louper cette vaccination. Si Charlotte attrapait une méningite se serait bien pire pour elle.

Et puis je me suis souvenue de cette épidémie de rougeole qui entre octobre et  décembre dernier a tué plus de 50 enfants aux îles Samoa parce que la couverture vaccinale y est insuffisante.

Comme tous les parents je pense je me suis posée mille questions autour des vaccins, il y a des gens qui sont contre…  Mais franchement, à l’heure actuelle je ne m’en pose plus, cette épidémie de covid-19 nous montre bien l’intérêt de la vaccination… 

Pierre le papa ajoute :

Notre pédiatre nous a largement rassurés sur les mesures de précaution prises dans son cabinet.

Julie ne se pose plus la moindre question sur l'intérêt de la vaccination, sa petite Charlotte est protégée.
Julie ne se pose plus la moindre question sur l'intérêt de la vaccination, sa petite Charlotte est protégée. © Pierre Gauthier



Consultations hyper sécurisées

Et en effet chez les pédiatres rien n’est laissé au hasard comme nous l’explique le docteur Marie-Claire Tuel pédiatre à Malemort (Corrèze) :

Ici je ne fais plus entrer personne dans la salle d’attente. Les gens patientent dans leur voiture et je viens les chercher, je porte évidemment un masque.


Des mesures de sécurité très strictes ont également été mises en place par la Prévention Maternelle et Infantile du conseil départemental de la Corrèze. Le docteur Isabelle Dardaillan, médecin Chef gère les cinq antennes corréziennes (Brive Tujac, Tulle, Argentat, Ussel et Egletons).

Nous prenons 1 enfant toutes les demie-heures pas plus, car il faut le temps au médecin de s’équiper et de tout désinfecter entre chaque bébé.
Personne ne doit venir sans rendez-vous et nous n'acceptons qu’un seul accompagnant par enfant.


Pour la pédiatre de ville qui reçoit des enfants pour d’autres motifs les journées sont scindées :

Les matinées sont consacrées aux vaccinations, les après-midi aux consultations pour d'autres motifs. Pour qu’il n’y pas le moindre risque qu’un nourrisson en bonne santé puisse croiser un enfant malade.

© pixabay


Le risque de la non vaccination est trop grand

Les préconisations gouvernementales et régionales sont claires, il faut respecter le calendrier vaccinal des nourrissons.

Il n’y a pas de question à se poser. Le bénéfice/risque a été mesuré au plan régional comme au plan national et il est clair qu’il vaut mieux poursuivre la primo-vaccination même en période d’épidémie de covid-19 plutôt que de ne pas vacciner les nourrissons. Le calendrier vaccinal tel qu’il est a été étudié pour offrir à l’enfant la meilleure protection possible. Explique le docteur Dardaillan.

Une maladie mortelle comme la méningite peut toucher un enfant non vacciné même en période de confinement, même sans contact avec l’extérieur. La vaccination est donc primordiale. 
Il faut absolument respecter la date de cette primo vaccination pour éviter toute surmortalité chez les enfants. Enchérit le docteur Tuel.

En plus de la vaccination

Le docteur Marie-Claire Tuel pédiatre à Malemort explique que la primo-vaccination n’est pas l’unique rendez-vous qui doit être maintenu durant ce confinement.

Il faut absolument respecter également les deux première visites de contrôle après la naissance. La première 15 jours après la sortie de la maternité, la seconde à 1 mois. Les visites suivantes peuvent être plus espacées. A voir avec le médecin.

Et surtout en cas de doute sur l’état de santé de son bébé ou de son enfant ne pas hésiter à appeler son médecin. C’est lui qui jugera de la nécessité d’un déplacement jusqu’au cabinet ou pas. Nous pouvons conseiller par téléphone, nous faisons aussi des téléconsultations. 

Si l’enfant doit être vu en cabinet toutes les précautions sont prises pour ne pas l’exposer au moindre risque.
Il ne faut pas avoir peur de nous appeler, il faut absolument éviter toute prise en charge trop tardive d’une pathologie.


 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus coronavirus : conseils pratiques
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter