• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le petit coin de paradis de Denis Tillinac

Denis Tillinac devant la maison où il a écrit beaucoup de ses livres. / © F3 - Gwenola Bériou
Denis Tillinac devant la maison où il a écrit beaucoup de ses livres. / © F3 - Gwenola Bériou

Tous les dimanches cet été, des personnalités artistiques du Limousin nous font découvrir leur petit coin de paradis. L'écrivain corrézien Denis Tillinac nous fait visiter le petit village d'Auriac où il passait ses vacances étant jeune, et où il vit aujourd'hui.

Par Gwenola Beriou

Il y a comme un petit goût de madeleine de Proust...

Pour Denis Tillinac, auteur d'une cinquantaine de livres (romans, récits, essais, poésie...) et ami personnel de Jacques Chirac, son petit coin de paradis n'est autre que le village corrézien où il a grandi et où il a tellement de souvenirs.

L'écrivain a longtemps vécu à Tulle puis à Paris avant de venir s'installer dans la maison familiale, une belle bâtisse datant de 1836 à Auriac, petit village de 200 âmes au fin fond de la Xaintrie, aux confins de la Corrèze et du Cantal.
C'est là que le petit Denis a passé une bonne partie de ses vacances, chez ses grands-parents, là où il a découvert les joies de la campagne et la liberté, là où il a été enfant de choeur à l'église du bourg et s'amusait à courir avec ses copains après la traite des vaches.

Plus tard, Denis Tillinac y a puisé une partie de son inspiration pour ses romans
Dans cette maison, et dans une petite dépendance à l'autre bout du bourg, il trouve - aujourd'hui encore - le calme nécessaire à l'écriture. 
 
Le petit coin de paradis de Denis Tillinac
Tous les dimanches cet été, des personnalités artistiques du Limousin nous font découvrir leur petit coin de paradis. L'écrivain corrézien Denis Tillinac nous fait visiter le petit village d'Auriac où il passait ses vacances étant jeune, et où il vit aujourd'hui. - F3 Limousin - Reportage de Gwenola Bériou, Eric Boutin, Jean-François Andrieux et Nicolas Stil

 

Sur le même sujet

Réaction du directeur

Les + Lus