Le renouveau du festival d'accordéon "Les Nuits de Nacre" à Tulle

Les 35e "Nuits de Nacre" ont été lancées ce vendredi 30 juin 2023. Le nouveau directeur artistique a l'ambition de faire apprécier l'accordéon a toutes les générations.

A quelques jours du passage du Tour de France en Limousin, et au moment du lancement des 35e "Nuits de Nacre" à Tulle, on se doit d'avoir une petite pensée pour Yvette Horner !

De 1952 à 1963, son sourire et son accordéon musette ont illuminé la grande boucle. C'est ainsi qu'elle a lancé sa carrière et fait danser des générations de français.

Puis au milieu des années 60, le chanteur Antoine a dit stop dans ses élucubrations : "Ton accordéon nous fatigue Yvette, si tu jouais plutôt de la clarinette ?".

Le musette est alors passé de mode, ce qui n'a pas empêché Yvette Horner, Jean Verchuren ou Jean Segurel de continuer à faire danser la France rurale.

C'est à ce moment que l'accordéon est devenu un instrument "ringard", passé de mode.

Le retour du piano à Bretelle

L'accordéon fait partie de l'image de la ville de Tulle depuis toujours grâce à la manufacture Maugein.

Le festival "Les Nuits de Nacre" a été créé en 1982. Le groupe "Les Hurlements d'Léo" ouvrira la 35e édition ce vendredi 30 juin 2023. 

Deux des membres du groupe étaient des frangins de Tulle, pendant nos 10 premières années On a beaucoup traîné dans la salle "Les lendemains qui chantent". Et, en 95, on a joué dans notre 1er festival à Sainte Fortunade ! C'est un réel plaisir pour nous de revenir en Corrèze

Laurent Kebous, chanteur des Hurlements d'Léo

France 3 Limousin

Ce groupe est né dans la région bordelaise au milieu des années 90. À cette époque, l'accordéon revenait sur le devant de la scène grâce à des formations rock telles que Pigalle ou les Têtes raides.

Les Hurlements d'Léo ont adopté le piano à bretelle dès le début : "On a visité 32 pays pendant nos tournées. C'est un instrument convivial qui a été utilisé dans le monde entier. Ce qui nous intéresse, c'est de pouvoir mêler l'accordéon à nos sonorités, pour emmener notre public dans les pays de l'Est, jusqu'au Brésil, en passant par la Méditerranée."

Aujourd'hui, Laurent Kebous se dit très attiré par les sonorités utilisées par le groupe Gotan Project : "Ils ont remis de vieilles sonorités au goût du jour avec du sampling. Je trouve ça très intéressant. L'accordéon me fait rêver quand il est utilisé d'une manière moins chonchon que dans les années 50".

Une nouvelle génération de musiciens s'est ainsi approprié un instrument qui n'a plus rien de ringard.

Le renouveau des Nuits de Nacre

Kevin Lacombe est le tout nouveau directeur artistique des "Nuits de Nacre". Cet accordéoniste qui est arrivé second au trophée mondial dans la catégorie "musette", a lui-même trouvé intéressant de tenter d'inventer un nouveau son avec l'aide de la manufacture Maugein : "Je me suis longuement entretenu avec eux. Pendant deux semaines, nous avons modifié le son de l'un de leurs modèles avant qu'ils l'envoient à la fabrication".

Le musicien a emménagé à Tulle pour jouer avec le groupe "Les humeurs cérébrales", et s'est immédiatement investi comme bénévole dans l'association "La cité de l'accordéon", organisatrice des "Nuits de Nacre". 

Au bout de deux ans, j'avais déjà des idées pour mettre un coup de jeune à la programmation. J'ai fait des propositions qui ont été acceptées.

Kevin Lacombe, directeur artistique des "Nuits de Nacre"

L'idée du nouveau directeur artistique est de renouveler la programmation pour attirer un public plus jeune : "Nous devons défendre l'accordéon autrement que par la virtuosité. Je veux instaurer un équilibre entre le côté élitiste et populaire".

Richard Galliano sera ainsi précédé des Hurlements d'Léo, de musiciens des Balkans et même d'un artiste électro. 

Kevin Lacombe a aussi souhaité retravailler avec 7 bars du centre-ville de Tulle où seront organisés des concerts entre 19 et 21 heures.