Meurtre en Corrèze, souvenirs de tournage d'Arié Elmaleh

Tourné en mars 2019, Meurtre en Corrèze sera diffusé samedi 2 mai sur France 3. Ce téléfilm met en valeur les paysages et le patrimoine corréziens. Arié Elmaleh revient sur un mois de tournage en Limousin.  

© Francetélévisions
Lancée en 2013 par France 3, "Meurtre à ... " est une série de téléfilms policiers franco-belge. Chaque épisode est tourné dans une ville ou une région française différente. Le succès s'est très rapidement installé pour créer un véritable rendez-vous avec les téléspectateurs. Aujourd'hui, la collection compte un peu plus de quarante épisodes se déroulant tous sur fond de mystères et de croyances populaires locales. 
De nombreux tournages ont déjà eu lieu en Nouvelle-Aquitaine : le pays-basque, le Pyla, La Rochelle, l'île de Ré, les Landes, le pays d'Oléron, La Rochefoucauld, il faudra désormais ajouter Meurtre en Corrèze avec Carole Bianic, Joyce Jonathan, Jean-Claude Drouot et Arié Elmaleh. 

Meurtre en Corrèze, la part belle au patrimoine corrézien

L'intrigue de la série s'appuie toujours sur des croyances locales et met en avant le patrimoine de la région qui accueille le tournage. Pour cet épisode, Tulle est l'épicentre de l'enquête alors que la procession de la Saint-Jean, aussi appelée procession de la Lunade, est parsemée de cadavres.

Léna Ribeiro, l'enfant du pays (interprétrée par Carole Bianic), est en poste sur place et doit collaborer avec le commandant de Gendarmerie Axel Zeller (joué par Arié Elmaleh) de la section de recherches de Bordeaux, une vieille connaissance qui remonte à treize ans. 

Arié Elmaleh a partagé les coulisses du tournage sur son compte Instagram, comme ci-dessous : 
 

Voir cette publication sur Instagram

ON EST PAS LÀ POUR BEURRER LES SANDWICHES ! #commandant #poulet #keuf #police #meurtre #france3 #meurtreencorreze @adelinedarraux @carolebianic @joycejonathan Pic by @julien_espio 📸

Une publication partagée par Arié Elmaleh (@ariedecasa) le



Tout commence sur un air de fête. Un cocktail est donné en l'honneur de Manuel Marquis, scuplteur de renom tout juste promu attaché culturel de la ville. Il est retrouvé étranglé dans une ruelle, au pied d'une croix, un chiffre écrit sur le front. L'enquête peut commencer. 

 



Pendant une heure trente, c'est l'occasion de voir les plus beaux paysages de Corrèze. Tulle bien-sûr avec ses ruelles étroites et son dénivelé caractéristique, le musée du cloître, le cimetière. Il y a aussi les références à l'ancienne manufacture d'armes de la ville.Très vite, la zone de l'enquête et de l'intrigue s'élargit et c'est l'occasion de se prendre au jeu pour reconnaître d'autres lieux : Argentat et ses quais, Aubazine et son abbaye, Uzerche la perle du Limousin, Turenne et sa tour reconnaissable de loin, puis Donzenac et les pans de Travassac, anciennes carrières d'ardoises réhabilitées aujourd'hui pour le plus grand plaisir de touristes friands de sensations fortes et de  savoir-faire locaux. On redécouvre alors les paysages de ce département et on se plait à en découvrir de nouveaux.

Les images sont superbes. C'est le travail des équipes de tournage sous la responsabilité de la réalisatrice Adeline Darraux. Il faut préciser que le producteur Jacques Salles a passé dix-sept ans de sa vie en Corrèze, étant originaire de Naves. Ca aide pour la mise en valeur des lieux emblématiques.

Au final, une belle carte postale pour la Corrèze qui sert de décor naturel à une série policière avec en trame de fond, de l'amour encore et toujours, et un peu de haine aussi...
 

Adeline
Adeline © Francetélévisions


Au delà du patrimoine bâti, c'est aussi l'histoire de la ville, le sport et la gastronomie régionale qui ponctuent Meurtre en Corrèze.
Une référence à la tragédie des pendus de Tulle, à celle du lien étroit qui unit la région et le rugby et inévitablement au tourtou de Corrèze (une galette  épaisse de sarrazin qui autrefois remplaçait le pain et que l'on garnit de charcuterie par exemple) accompagné d'un coteau du Saillant (vin corrézien). 

Les Tullistes, et plus largement les Corréziens, ont aussi été sollicités pour être figurants. Les amateurs de musique Trad reconnaîtront le groupe Les humeurs cérébrales qui a remplacé, presque au pied levé, Les têtes raides initialement prévues et finalement empêchées. 

Pour en savoir plus sur ce groupe, vous pouvez visiter sa page facebook (cf ci-dessous) : 

 

Un territoire authentique pour une histoire attachante selon Arié Elmaleh 

Arié Elmaleh joue le commandant Axel Zeller. Il a accepté de nous confier ses souvenirs de tournage. 

Il est ambitieux, arrogant et fragile. C'est une somme de paradoxes. Il est ambitieux car il pense à sa carrière. Il est surtout amoureux, et c'est ce qui peut le rendre fragile. C'est un séducteur qui n'a jamais cessé d'aimer Léna. C'est son amour de jeunesse. Il séduit autour de lui mais il a Léna dans la tête en permanence. 

Ce n'est pas le cas avec toutes les comédiennes ou avec tous les comédiens, ni sur tous les films mais pour Meurtre en Corrèze, nous avons pris le temps d'échanger sur nos personnages. C'est agréable de tourner avec Carole qui est une comédienne qui s'interroge beaucoup. Il y a un réel plaisir du jeu avec elle. Ca passe par la recherche, une envie de se plonger dedans avec le plus de sincérité. Alors oui  nous avons discuté, échangé sur Léna et Axel. Il y a l'enquête bien-sûr mais il y aussi cet histoire d'amour qui pourrait tout remettre en question. 

Il nous arrivait même de continuer à être nos personnages en dehors du tournage. 

J'adore les love stories au cinéma. Quand c'est bien fait, bien écrit et que l'on n'a pas à réfléchir, je fonce dedans et après je me dis ... ça c'était une belle histoire d'amour. Quand c'est bien amené, même la plus banale des histoires d'amour devient universelle. On a tous besoin de ça, de se projeter, de revivre l'amour comme une valeur. 

 

Voir cette publication sur Instagram

Fin de 2ème semaine! L’enquête avance... #quedubeaumonde #meurtre #enquete #tournage @adelinedarraux @benardolivier @carolebianic @florianecortes @mintee Photo par le talentueux @julien_espio

Une publication partagée par Arié Elmaleh (@ariedecasa) le

Je ne connaissais pas la Corrèze. Ca a été une découverte. J'aime ces lieux qui ont gardé de l'authenticité, comme protégés de la modernité qui abime parfois. 
Tulle, je connaissais de nom et grâce à la politique et j'ai aimé voir que cette ville n'avait pas tout cédé aux grandes enseignes que l'on retrouve de manière identique dans toutes les villes. 
Uzerche, est une ville superbe. Austère et belle. 
Nous avons tourné en mars 2019. Il faisait très froid. On s'est caillé !
(Le tournage a eu lieu du 4 au 29 mars 2019, une période particulièrement froide en Corrèze. N.D.L.R.) Ca a ajouté à l'aspect hallucinant des pans de Travassac, ces ardoisières sont un lieu inimaginable ! Visuellement c'est incroyable. 
Jean Salles, le producteur, nous a beaucoup parlé de sa Corrèze, avec fierté. 

 
Tournage de Meurtre en Corrèze dans l'incroyable site des pans de Travassac situé sur la commune de Donzenac.
Tournage de Meurtre en Corrèze dans l'incroyable site des pans de Travassac situé sur la commune de Donzenac. © Francetélévisions
 

Oui carrément. C'est hyper intéressant de voir que chaque région a ses coutumes, ses croyances et ses rites et au fond ses manières à elle de célébrer ses réligions. 
Je suis fasciné par les pratiques rituelles. Il y a mille façons de vivre sa religion, certaines régions ont gardé ces rites comme des symboles très forts. C'est le cas de la Lunade. 
Dans les processions, il ya quelque chose de mystérieux, d'isothérique. Je crois en la force des actes qui donnent un sens à ce que l'on fait, à ce en quoi l'on croit. Ce sont des actes psycho-magiques comme le dit Jodorowsky, ça n'a rien à voir avec la superstition. Meurtre en Corrèze s'appuie là-dessus. 
Au delà, il y aussi de cela dans le jeu d'un acteur, on met en scène des actes pour les rendre crédibles. Diderot disait que le théatre est la catharsis du peuple. On a besoin de ce miroir qui repousse les limites de l'expérience humaine. 

 

Tournage de Meurtre en Corrèze dans les rues de Tulle
Tournage de Meurtre en Corrèze dans les rues de Tulle © Francetélévisions
 

Comme tout le monde, avec des bons côtés et parfois des inquiétudes. 
Les bons côtés ? C'est un rythme nouveau, se retrouver en famille.
Les inquiétudes ? C'est de ne pas savoir où l'on va, quel sera l'après, quel bilan pourra sortir de tout cela : les deuils impossibles, l'emploi, la vie sociale ...
Ce qui est intéressant dans cette crise inédite c'est que dans une société dans laquelle parfois, on a tendance à se dire que l'on sait tout, et bien là, on ne sait pas ce qui fonctionne et ce que sera demain. C'est une véritable prise de conscience, un retour à soi. 

 

Arié Elmaleh vient de terminer le tournage, trois jours avant le début du confinement, du téléfilm Belle Belle Belle réalisé par Anne Depétrini. 
Autre projet, après C'est quoi cette famille ? Après C'est quoi cette mamie ? Bientôt : C'est quoi ce papi ? 





 
Meurtre en Corrèze
Avec :
Arié ELMALEH 
Carole BIANIC 
Joyce JONATHAN 
Jean-Claude Drouot
Olivier BENARD 
Jennifer MARIA 

Réalisé par Adeline Darraux

Une production Mintee Studio avec la participation de France Télévisions

Produit par Gaspard de Chavagnac, Jacques Salles et Floriane Cortes

Productrice éxécutive : Muriel Paradis

Directeur de production : Bruno Hervieu

Unité fiction France 3 
Anne HOLMES / Anne DIDIER/Stéphane MASSARD

Tous les épisodes sont à retrouver en replay sur france.tv en cliquant ici.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région nouvelle-aquitaine politique fusion des régions réforme territoriale télévision économie médias souvenir culture histoire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter