Confinement : bilan de la violente mutinerie à la prison d'Uzerche

Centre de détention d'Uzerche ce dimanche 22 mars vers 21h / © Matthieu Beaudouin - France 3 Limousin
Centre de détention d'Uzerche ce dimanche 22 mars vers 21h / © Matthieu Beaudouin - France 3 Limousin

Les surveillants pénitentiaires venus en renfort ne sont rentrés chez eux qu'à 7h ce lundi. Toute la nuit, ils ont oeuvré avec les forces de l'ordre appelées à maîtriser la mutinerie qui s'est déclenchée vers 16h30 ce dimanche 22 mars. Bilan : deux bâtiments hors d'usage et 333 détenus transférés

Par Isabelle Rio


Il n’a jamais vu ça de toute sa carrière et même des collègues qui ont 30 ans d’expérience disent n’avoir jamais vécu ça. Dimitry Frère est l'un des surveillants pénitentiaires appelés en renfort en fin d'après-midi ce dimanche 22 mars. Comme l'ensemble de ses collègues des établissements pénitentiaires dépendant de la DISP - Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires - de la Nouvelle-Aquitaine, il a reçu sur son portable un sms de ralliement sur le centre de détention d'Uzerche, pour prêter main forte à leurs collègues sur place. Les gendarmes et les ERIS, équipes régionales d'intervention et de sécurité qui sont des unités d'intervention de l'administration pénitentiaire, sont rapidement intervenus également. Une opération  de maintien de l'ordre sous le contrôle de la préfecture de la Corrèze.

"C’était des scènes de guerre" souligne Dimitry Frère, syndicat UFAP UNSA Justice. "En plus des destructions, le feu a brûlé deux bâtiments, 12 détenus ont été intoxiqués et hospitalisés par les Pompiers et le SMUR, 10 sont sortis mais deux le sont encore. On n'a aucun blessé de notre côté ni de celui des forces de l'ordre qui sont arrivées, c'est une chance"

 

Une mutinerie qui a démarré vers 16h30, à la fin d'une promenade


Il était aux environs de 16h30 quand quelques détenus ont refusé de rentrer après la promenade. "Ils ont très vite arraché une poutre dans la cour pour se servir de bélier et défoncer les portes des deux bâtiments C et D du centre de détention. Ils ont mis le feu, détruit les couloirs, nos bureaux, le bureau du directeur, tous les dossiers des détenus ont brûlé, la partie informatique a explosé... ces deux bâtiments sont totalement aujourd'hui détruits. Il va falloir un à deux ans de boulot pour tout reconstruire. Ce qui veut dire qu'on va vraisemblablement être déplacés dans les semaines à venir sur d'autres centres de détention ou maisons d'arrêt de la Nouvelle-Aquitaine, puisque l'intégralité de notre effectif sur Uzerche ne sera plus justifié" poursuit Dimitry Frère

Les meneurs se sont filmés avec leur portable et ont diffusé des vidéos sur les réseaux sociaux, type snapchat. Ils sont même identifiables. Ils sont cinq ce lundi 23 mars susceptibles d'être poursuivis en comparution immédiate. Ce sont au total 88 détenus, par effet boule de neige, qui se sont retrouvés en mutinerie, notamment sur le toit du centre de détention, criant des propos haineux à l'intention du personnel pénitentiaire.
 
Des détenus sont montés sur le toit du centre de détention / © Capture écran - document amateur
Des détenus sont montés sur le toit du centre de détention / © Capture écran - document amateur

Les forces de Gendarmerie corréziennes (Communauté de Brigades et Peloton Motorisé de Uzerche, COB de Lubersac et de Donzenac, PSIG de Brive) et les forces ERIS ont pu maitriser les détenus en liberté aile par aile. Ils ont dû faire usage de grenades de désencerclement et de tirs de balles en caoutchouc. Un seul détenu a été blessé par un tir. Rappelons que 550 prisonniers sont en cellule au centre de détention d'Uzerche. Les surveillants pénitentiaires passaient dans la foulée des premières interventions pour contenir immédiatement en cellule les prisonniers. Les interventions se sont prolongées jusqu'au début de la nuit. Un appel nominatif a ensuite été fait pour vérifier l'absence de toute évasion.
 
Mutinerie au centre de détention d'Uzerche
Bilan de la situation au centre de détention d'Uzerche en Corrèze au lendemain de la mutinerie qui s'est déclenchée vers 16h30 ce dimanche 22 mars 2020. Bilan : Deux bâtiments hors d'usage et 333 détenus transférés. Un blessé est à déplorer et on compte également une douzaine de personnes intoxiquées par les fumées. Reportage de Pierre Gauthier et Matthieu Beaudouin - montage Sébastien Passelergue - avec le témoignage de Dimitry Frère, surveillant pénitentiaire et délégué syndical UFAP - UNSA - France 3 Limousin - Pierre Gauthier - Matthieu Beaudouin - Sébastien Passelergue


Des prisonniers déplacés dans la nuit et aujourd'hui


Sur les 88 détenus en liberté pendant la mutinerie, 83 ont été déplacés dans la nuit vers l’ensemble des établissements dépendant du DISP Nouvelle-Aquitaine, soit de Poitiers à Pau, en passant par ceux de Neuvic et Mont-de-Marsan. 250 prisonniers vont l'être dans la journée vers les autres centres de détention de France, comme Paris, Lyon etc.

"Heureusement que tout a été très bien géré, qu’il y a eu de bonnes consignes" conclue Dimitry Frère - Surveillant Pénitentiaire UFAP UNSA.

Une information judiciaire est ouverte.
 
© France 3 Limousin - Matthieu Beaudouin
© France 3 Limousin - Matthieu Beaudouin
 

Une suppression des parloirs mal vécue

Comme nous le soulignions dans notre article de vendredi 20 mars, en application des mesures prises en raison du confinement et de la crise sanitaire du covid-19, les parloirs notamment ont été supprimés avec les familles.
 

La tension est donc montée d'un cran ce week-end et les mouvements de contestations, comme à Limoges et Uzerche, se sont multipliés ce dimanche un peu partout en France : Maubeuge, Longuenesse, Meaux, Nantes, Carcassonne, Moulin, Rennes, Saint-Malo, Nice, Fleury-Merogis.
 

A l'annonce de la suppression des parloirs, la Chancellerie décidait parallèlement la télévision gratuite pour tous les prisonniers, un crédit de quarante euros de bons pour permettre à chaque détenu de téléphoner deux heures par semaine avec leur famille contre une durée de parloir hebdomadaire de 45 minutes, et un crédit identique pour permettre aux plus démunis de cantiner. Leur indemnité a par ailleurs doublé et le nombre des plus démunis a été augmenté. Dans le cadre de la loi sur l'état d'urgence sanitaire, la Garde des Sceaux Nicole Belloubet a par ailleurs annoncé qu'elle étudiait les sorties de détenus malades (d'autres pathologies que le coronavirus), "et de détenus auxquels il reste moins d'un mois de détention à faire» comme elle l'a confié sur France TV Info.





 

Sur le même sujet

Les + Lus