Courses de Noël, sport en club, attestations... Le confinement "allégé" en huit questions

À partir de ce samedi 28 novembre, le confinement sera assoupli, comme l'a annoncé quelques jours plus tôt Emmanuel Macron. Qu'est-ce qui va changer concrètement dans les jours à venir ? Le point en huit questions. 
La réouverture des commerces coïncide avec la période des achats de cadeaux de Noël. Photo d'illustration.
La réouverture des commerces coïncide avec la période des achats de cadeaux de Noël. Photo d'illustration. © Sebastian Kahnert / dpa / AFP
En Nouvelle-Aquitaine, la situation s'améliore, "les choses vont mieux", comme l'a souligné Fabienne Buccio, préfète de Gironde et Nouvelle-Aquitaine, lors d'une conférence de presse organisée ce vendredi 27 novembre. 
 
Dès ce samedi 28 novembre, le confinement va passer en mode "allégé", mais qu'est-ce que cela signifie exactement ?  Le point sur cette nouvelle étape de la gestion de la pandémie en huit questions. 

1 - Les attestations dérogatoires sont-elles toujours obligatoires pour se déplacer ? 

Oui, car nous sommes toujours confinés. "Les attestations sont maintenues, tout comme le télétravail dès que possible", souligne Fabienne Buccio. Si l'évolution de la situation le permet, nous pourrons nous déplacer sans attestations à partir du 15 décembre. 

2 -  Un couvre-feu est-il en vigueur ? 

Non, cela sera le cas à partir du 15 décembre, lors de la 2e étape de sortie du confinement. Mais ce couvre-feu de 21h à 6h du matin connaîtra deux exceptions, pour les nuits du 24 et 31 décembre. 

3 - Dans quelles conditions puis-je faire du sport ? 

Dès le 28 novembre, il sera à nouveau possible de partir se balader à vélo ou de faire une promenade en dehors de son quartier...Les nouvelles limites sont fixées à trois heures de sortie, dans un rayon de 20 kilomètres autour de chez soi. 

D'autre part, les activités sportives individuelles de plein air sont autorisées. Il sera donc autorisé de monter à cheval, disputer une partie de tennis en individuel ou de golf, ainsi de faire du surf, si vous avez la chance de vivre à moins de vingt kilomètres de l'océan.
 
4 -Mon enfant peut-il reprendre le sport extérieur en club ?

Oui, car "les activités extra-scolaires en plein air seront à nouveau autorisées", indique la préfecture de Nouvelle-Aquitaine. Les mineurs pourront donc faire leur retour sur les terrains de football, rugby... dès ce samedi. 
5- Pourrais-je assister à un office religieux ? 

Oui, le 28 novembre marque aussi la réouverture des lieux de cultes, qui pourront accueillir au maximum 30 fidèles par office.  

6 - Si j'habite à plus de 20 km de Bordeaux, puis-je venir faire mes courses de Noël dès ce week-end ? 

Oui, répond la préfète de Gironde Fabienne Buccio, car "la limite des 20 km et 3 heures ne s'applique que pour les promenades et le sport", auparavant limités à un kilomètre et une heure. L'attestation prévoyant les différents cas de figure doit être mise à jour incessamment. 

7 - Je suis commerçant, puis-je réouvrir ma boutique dès samedi ? 

Oui, dès ce samedi 28 novembre, les commerces peuvent de nouveau accueillir leurs clients. Seuls les bars, restaurants, boites de nuits... restent fermés, jusqu'au 20 janvier au moins. 

→ À Périgueux, les commerçants se préparent à la réouverture, reportage de Margaux Dubieilh et Bertrand Lasseguette
Périgueux : les commerçants se préparent à la réouverture


8 - Je veux rattraper le temps perdu, puis-je ouvrir mon commerce le dimanche ? 

L'autorisation d'ouverture dominicale dépend de la commune. Pour la Gironde, vingt communes estampillées touristiques, dont Bordeaux, disposent déjà d'une dérogation qui permet aux maires d'autoriser les ouvertures le dimanche douze dimanches par an. "Pour Bordeaux, le calendrier est déjà fixé, les commerces pourront ouvrir tous les dimanches jusqu'à Noël", indique Fabienne Buccio.

Dans les autres communes, ce sont les maires qui doivent s'adresser à la préfecture pour déroger à l'interdiction d'ouverture du dimanche. Et s'ils ne le font pas, les commerçants peuvent s'adresser directement à la DIRECCTE pour obtenir la dérogation. "Tout est mis en place pour simplifier les demandes", promet la préfecture. 

Néanmoins, ces ouvertures dominicales ne doivent pas se faire sans respecter le droit du travail, c'est-à-dire que les salariés doivent être volontaires, leur rémunération doublée, leur durée de travail limitée, etc. 

La préfète de Gironde Fabienne Buccio prévient que des contrôles seront menés dans les commerces, principalement dans les surfaces supérieures à 400 m2. Ces dernières seront soumises à de nouvelles obligations, comme la mise en place d'une jauge maximale de clients. 
 
Aux Galeries Lafayette de Bordeaux, le nombre de clients sera limité à 1134.
Aux Galeries Lafayette de Bordeaux, le nombre de clients sera limité à 1134. © France 3 Aquitaine
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société confinement