Covid-19 : les supermarchés pris d’assaut après l'annonce du reconfinement à Niort et Poitiers

Au lendemain de l'annonce d'un reconfinement pour un mois, les grandes surfaces de Niort ou Poitiers ont été prises d'assaut, jeudi 29 octobre. Les clients ont fait, encore une fois, le plein de papier toilette, de bouteilles d'eau, de farine ou de sucre...

Les stocks étaient prêts, ce jeudi matin, ce qui n'a pas empêché les clients de se ruer sur les rayons des supermarchés
Les stocks étaient prêts, ce jeudi matin, ce qui n'a pas empêché les clients de se ruer sur les rayons des supermarchés © Emma Derome / FTV
Difficile de se garer sur les parkings des grandes surfaces de Niort ou Poitiers, ce jeudi, au lendemain de l'annonce d'Emmanuel Macron d'un reconfinement national pour un mois, du vendredi 30 octobre au 1er décembre.

La situation rappelle le mois de mars dernier. Les consommateurs sont venus en nombre refaire les stocks, notamment de produits de première nécessité, malgré l'appel à la raison des supermarchés, qui resteront ouverts pendant toute la durée du confinement.  

Le patron du groupe Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, s'était pourtant montré rassurant dès lundi sur la gestion des stocks : "Pas de panique, il y a du stock partout. Ne rejouons pas mars 2020!", écrivait-il sur son compte Twitter.

Des rayons dévalisés

Mais ce matin, cette même enseigne était prise d'assaut à Poitiers. La tendance se dessinait déjà depuis le début de la semaine. Plus de places de parking, des files d'attente interminables en caisse, la cohue dans les couloirs, des rayons constamment réapprovisionnés, et des caddies bien remplis. 
 
Dans cette grande enseigne de Poitiers, certains produits ont été dévalisés, mais moins qu'en mars dernier
Dans cette grande enseigne de Poitiers, certains produits ont été dévalisés, mais moins qu'en mars dernier © Emma Derome / FTV

Même rush dans les magasins Auchan, où certains rayons ont été dévalisés. Les produits les plus touchés : le papier toilette, l'eau en bouteille, mais aussi les pâtes, la farine, ou bien le sucre en poudre. Une employée du magasin s'affaire pour remettre les références manquantes en rayon : "Je ne comprends pas, ce n'est pas la fin du monde pourtant, on reste ouvert ! Les gens se punissent eux-mêmes", déplore-t-elle.

Même son de cloche au rayon papier toilette d'une autre enseigne : "Je commence à 4 heures du matin et je devais terminer à 11 heures, mais là je vais devoir prolonger jusqu'à midi, constate un jeune employé. Ça n'arriverait pas si les gens arrêtaient deux secondes de se jeter dessus!" 
 
Les produits de nécessité sont les plus touchés
Les produits de nécessité sont les plus touchés © Emma Derome / FTV

Une affluence peu habituelle pour un jeudi matin. À Niort, certains ont fait demi-tour dès le parking, en voyant les bouchons : "Je voulais y être à 9 heures, mais je n'ai pas pu, je pense que je vais rentrer chez moi sans faire mes courses!", explique cette Niortaise encore au volant de sa voiture. 

Pourtant, quand on interroge les consommateurs, ce sont des courses "normales", à chacun son excuse. Anne-Françoise est venue parce qu'elle est en vacances. Dans son caddie, quelques courses, mais surtout un lot de 4x24 rouleaux de papier toilette. Soit 96 rouleaux. Une promotion que beaucoup avaient chargée dans leur caddie ce matin. Les ventes de papier toilette ont augmenté de 20 % depuis une semaine dans les magasins Leclerc de France.
 
L'attente est longue en caisse au lendemain de l'annonce d'un deuxième confinement
L'attente est longue en caisse au lendemain de l'annonce d'un deuxième confinement © Emma Derome / FTV

En voyant l'attente en caisse, une cliente regrette d'être venue. "Je pense que les gens ont peur. Il y a beaucoup de personnes âgées." José, à la retraite, est venu faire ses courses parce qu'il "habite loin" et ne "vient pas souvent". Un couple rencontré à Niort a fait ses stocks pour un mois. "On a du sopalin, du papier WC…Mais on ne tombe pas dans la folie ou dans l’excès non plus!" se défend Monsieur. "On a des personnes à risque, donc on ne va plus sortir." ajoute madame.

À partir de vendredi, une attestation de sortie sera nécessaire pour tout déplacement.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société consommation économie