Anzême : une commune creusoise contre Areva

Publié le Mis à jour le
Écrit par Martial Codet-Boisse
durée de la vidéo: 01 min 52
Anzême : une commune creusoise contre Areva ©France 3 Limousin

Les habitants d'Anzême contestent le projet de stockage sur leur commune par Areva de 18 000 m3 de stériles miniers issus de l'exploitation des mines d'uranium. Ils se réunissaient ce samedi 1er avril matin afin de faire entendre leur voix.

Les 568 habitants du village creusois d'Anzême situé à 11 km de Guéret protestent contre l'arrêté préfectoral permettant à Areva d'amener sur le site de l'ancienne mine d'uranium du Vignaud plusieurs milliers de tonnes de stériles miniers.

Un lieu de stockage pour les stériles miniers du nord de la Creuse ?


Les stériles miniers représentent la roche retirée mais non-exploitée avant d'arriver au gisement d'uranium. Des stériles dont certains ont un débit de dose radioactive supérieure à 0,6 milliSievert/an et peuvent représenter un risque pour la santé. La municipalité d'Anzême craint que l'ancien site minier de sa commune ne devienne un lieu de stockage pour les stériles du nord de la Creuse.

Des maisons à 100 m du site


Le maire d'Anzême, Alain Favière, dénonce le fait qu'à quelques centaines de mètres du site, des habitations, une zone Natura 2000 et le pompage de la station en eau potable existent. Les travaux ont commencé il y a quelques jours, la municipalité demande que l'arrêté pris par le préfet de Creuse soit retiré et réclame plus de transparence et de vraies études d'impact. Un recours en contentieux de l'association sources et rivières du Limousin est également en cours contre cet arrêté. 

 


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.