Tapisserie d'Aubusson : l'exposition estivale rend hommage à la nature

Publié le
Écrit par Nicolas Chigot

Elle a longtemps été l'un des principaux motifs d'inspiration de la tapisserie. Pendant tout l'été (du 1er juillet au 18 septembre 2022), une exposition met à l'honneur les fameuses verdures à travers les âges.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Fleurs, paons, feuilles réelles ou fantasmées, animaux mythologiques. La trentaine de tapisseries exposées au centre culturel et artistique regorge de couleurs chatoyantes. "Tisser la nature" ambitionne de découvrir, aux travers des âges, la représentation du végétal dans la tapisserie d'Aubusson. 

La nature est omniprésente dans la tapisserie et ce, depuis sa création. Les premières tentures murales tissées entre Felletin et Aubusson au XVe siècle sont des "mille fleurs" présentant des herbiers sur l'entièreté de leur surface. 100 ans plus tard, la mode des verdures venue de Hollande arrive en Creuse. Une faune et une flore imaginaires côtoient dans ces tapisseries feuilles de chêne ou fleurs de châtaigniers. Plus tard, la nature reste un arrière-plan de choix pour accueillir des scènes historiques ou mythologiques, comme les batailles de la guerre de Troie. Mais c'est surtout au XVIIIe siècle que les verdures s'imposent. Cette fois très fidèles, elles copient avec un grande fidélité plantes et arbres. Elles s'inspirent également d'une nature plus exotique en phase avec les explorations du monde de l'époque.

Tombée ensuite en désuétude, Jean Lurçat redonne une seconde jeunesse à la verdure dans les années 50. 

"L'exposition est un voyage dans le temps à travers ces différentes conceptions du rapport homme/nature. Et c'est un voyage qui se joue avec des allers-retours et des regards d'une époque sur une autre. A chaque époque, les artistes vont réinterpréter soit des thématiques anciennes comme les verdures ou comme les quatre saisons par exemple qui est un thème très classique en histoire de l'art. Un dialogue s'engage avec les périodes passées" explique Alice Bernadac, conservatrice de la cité internationale de la tapisserie.

Cms-ContentHasMedia_15478000

Du XVIe siècle à nos jours, la trentaine de tapisseries décline donc la nature. De Gromaire à Dom Robert en passant par Jean Lurçat. Plus exotique, l'œuvre sud-américaine des argentins Léo Chioacho et Daniel Djiagone. Une œuvre intitulée : La famille dans la joyeuse verdure.

"Cette oeuvre a été produite dans le cadre d'un appel à création contemporaine de la cité en 2013 qui avait pour thème : les nouvelles verdures d'Aubusson. On proposait aux artistes de jouer avec cette image, ce thème archi-classique" confie Alice Bernadac.

Tisser la nature, une exposition à découvrir du 1er juillet au 18 septembre au centre culturel et artistique d’Aubusson.