Azérables : et si on passait chez Choche?

Selon un client : "chez Choche, y'a rien qui cloche!"
Selon un client : "chez Choche, y'a rien qui cloche!"

A Azérables, dans le nord de la Creuse, le bar-tabac a fermé ses portes en octobre, mais rapidement, une tante et son neveu ont repris l'affaire, et leur enthousiasme a contaminé les habitants. 

Par France Lemaire

Bar-tabac-pizzeria, c'est la formule actuelle de chez "Choche" à Azérables. Mais déjà les deux repreneurs Nathalie Chochillon (d'où le nom : chez Choche) et Adrien Lalait ont des projets et comptent embaucher un cuisinier et proposer des soirée à thèmes

 

Que ça bouge



Nathalie et Adrien sont creusois, et l'originalité de leur duo c'est qu'ils sont tante et neveu.

Tous deux en recherche de reconversion, l'une de la grande distribution, l'autre ancien webmaster, ils ont eu un coup de foudre pour ce commerce. Avec comme objectif, d'en faire un lieu de vie de la commune: 

Il y a plein de gens qui viennent nous voir, qui au début sont juste rentrés pour nous dire "on vous souhaite bonne chance!". C'est génial, c'est ce que l'on voulait : un lieu de vie, d'échange, que ça bouge ! 

Nathalie transmet son énergie aux habitants venus acheter leur journal ou s'accouder au comptoir. Certains ont même trouvé un slogan pour l'établissement.

A l'attendu "et si on passait chez Choche", un client préfère "Chez Choche, y'a rien qui cloche!"


 

Chez Choche
A Azérables, dans le nord de la Creuse, le bar-tabac a fermé ses portes en octobre, mais rapidement, une tante et son neveu ont repris l'affaire, et leur enthousiasme a contaminé les habitants qui prennent désormais le chemin de chez Choche. Intervenants dans le reportage : des clients et Nathalie Chochillon et Adrien Lalait, les deux gérants  - Un reportage de Marielle Camp, Nicolas Chigot et Mary Bernhard



 




 

Sur le même sujet

Les + Lus