Cet article date de plus de 4 ans

L’ancienne directrice de l’école de Bourganeuf «Juste parmi les nations»

En 1944, Marcelle Porte-Bonnamour a caché des jeunes filles juives, leur permettant d’échapper aux nazis. La plus haute distinction délivrée par l’Etat d’Israêl lui a été remise à titre posthume.
Intervenants : Dominique Fromentin, cousine de Marcelle Porte, Suzanne Parot, élève dans la classe des jeunes filles Juives, et Jean-Pierre Jouhaud, maire de Bourganeuf.
Marcelle Porte-Bonnamour est décédée en 2005, et c'est donc une de ses cousines qui a reçu la distinction en son nom.
Une médaille exceptionnelle pour une femme qui ne l’est pas moins.

Une dizaine de vies sauvées


Pendant la guerre, elle était directrice de l’école primaire supérieure de Bourganeuf.
Grâce à elle, une dizaine de jeunes filles juives pensionnaires de son établissement ont échappé aux rafles et aux persécutions.

"Situation difficile"


Un jour de 1943, la directrice entre dans une salle de classe, et demande aux élèves de faire bon accueil à des jeunes filles qui se trouvent dans une "situation difficile".
Discrétion oblige, elle n'a pas précisé qu'elle avait décidé de cacher de jeunes juives.
Les autres élèves l'ont appris bien plus tard.

Souvenirs


Aujourd’hui, lors de la remise de la médaille, beaucoup de souvenirs sont remontés à la surface.
3925 personnes ont reçu la médaille des justes en France.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hommage société