Creuse : deux gendarmes blessés après un refus d’obtempérer, un chauffard prend la fuite

Publié le Mis à jour le
Écrit par Colyne Rongere .

Jeudi 25 août 2022, dans l'après-midi, lors d'un contrôle dans un élevage de chiens sur la commune de Vidaillat, en Creuse, deux gendarmes ont été blessés. Refusant d'obtempérer, l'époux de l'éleveuse est monté dans son véhicule et a pris la fuite. Dans sa course, il a percuté deux officiers qui encadraient l'opération. Ils ont été transférés au CH de Guéret.

Jeudi 25 août 2022, dans l'après-midi, dans le cadre d'un contrôle dans un élevage de "chiens en cage" sur la commune de Vidaillat, en Creuse, deux gendarmes ont été légèrement blessés. Leur pronostic vital n'est pas engagé. Ce refuge appartiendrait à un couple de britanniques résidant sur la commune depuis 2015, d'après Martine Laporte, maire de Vidaillat.

Lorsque les représentants de la Direction Départementale de Protection des Populations (ex-Direction des Services Vétérinaires) demandent à accéder à une autre partie de l'élevage, le propriétaire refuse ce contrôle. Il prend alors la fuite à bord de son véhicule et percute deux officiers de gendarmerie qui encadraient l'opération.

Transférés vers le CH de Guéret pour des examens de contrôle, leur pronostic vital n'est pas engagé.

Ce jeudi soir, le ministre de l'Intérieur apportait son soutien aux deux gendarmes blessés sur les réseaux sociaux.

Le chauffard toujours en fuite

Dans le secteur, un dispositif de grande ampleur a été mis en place. "Tous les militaires du département ont été déployés ainsi qu'un hélicoptère de la gendarmerie pour tenter de retrouver cette personne", confie la Gendarmerie de la Creuse ce soir. La procureure de la République de Guéret confirme qu'une enquête a été ouverte pour tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique.

La propriétaire de l'élevage a quant à elle été contrainte de quitter les lieux dans le cadre de l’enquête.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité