Creuse : les difficultés du secteur automobile

Publié le
Écrit par France Lemaire
Les salariés de LSI, ex-GM&S, priés de rester chez eux tous les vendredis, en chômage partiel
Les salariés de LSI, ex-GM&S, priés de rester chez eux tous les vendredis, en chômage partiel © France Télévisions

Nouvelle crise chez LSI à La Souterraine, l'ex-GM&S. Un jour par semaine, les salariés sont au chômage partiel, conséquence de la baisse de la production d'automobiles. Dans la Creuse, ce n'est pas la seule entreprise du secteur à être confrontée à ces difficultés.

Ce vendredi 5 novembre, les 110 salariés de LSI, ex GM&S à La Souterraine restent chez eux. Et ce n'est pas pour les réjouir. Ce sera comme ça tous les vendredis. 

La baisse des salaires

Cette mesure d'activité partielle de longue durée, autrement dit de chômage partiel, a été activée par l'entreprise, car le marché de l'automobile se porte mal, et les sous-traitants comme LSI n'ont plus assez de travail. 

Ce dispositif permet de mieux rémunérer le chômage, les salariés dans la voix de leur représentant CGT déplorent tout de même une baisse de 16% de leur salaire. "Avec toutes les augmmentations qu'il y a, c'est catastrophique une fois de plus, regrette Patrick Brun, c'est les salariés qui vont en pâtir."

Dans l'attente

Chez Amis aussi le patron a mis en place ce dispositif de chômage partiel. L'entreprise dont une unité emploie 50 personnes à Guéret fabrique des pignons pour les boîtes de vitesse. L'activité a baissé de 30%.

"On attendait un rebond en début d'année, puis au mois de mai, puis en septembre (...), explique Philippe Dufeutrelle, le directeur général d'Amis, on en est à un éventuel rebond en janvier de l'année prochaine, léger, et un redémarrage complet à partir de janvier 2023."

 

durée de la vidéo: 01 min 30
Gironde : des prélèvements pour mesurer la présence de pesticides près des vignes

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.