Élections législatives 2024 : un avenir incertain pour la Creuse

Plus sur le thème :

En 2022, l’unique circonscription du département avait basculé de la majorité présidentielle vers la Nupes, avec la victoire, au second tour, de la LFI Catherine Couturier sur le député sortant LREM Jean-Baptiste Moreau. Les deux personnalités devraient encore s’affronter le 30 juin dans un nouveau contexte, mais ils ne seront pas seuls. Le point sur les enjeux et les candidats déclarés.

C’était l’un des chocs des dernières législatives en Limousin : la défaite du porte-parole de LREM Jean-Baptiste Moreau et la victoire de la LFI Catherine Couturier. Depuis, la nouvelle députée s’est mise au travail, mais rencontre régulièrement des difficultés dans ses rapports avec les agriculteurs. De son côté, Jean-Baptiste Moreau, connu pour être agriculteur, a quitté sa ferme pour travailler dans un cabinet de lobbyistes.

Réactions immédiates

Après l’annonce de la dissolution ce dimanche, les deux personnalités n’ont pas attendu longtemps avant d’annoncer leur intention de se présenter à nouveau.

Pour Catherine Couturier : "On n’a pas de temps à perdre avec des négociations ou à remettre en cause ma légitimité sur un programme de rupture. Il y a nécessité de se mettre tout de suite en campagne."

Même envie chez Jean-Baptiste Moreau : "Je me présente pour la Creuse, pour le département, et je n’attends pas les décisions des partis politiques parisiens pour le faire. L’extrême droite en Creuse est arrivée à 35%, on ne peut pas accepter ça."

D'autres candidats se disent prêts

La présidente du département de Creuse, Valérie Simonet (LR), a annoncé, quant à elle, sur France Bleu, qu'elle représenterait les couleurs de la droite aux élections législatives. Elle sera secondée par le maire de Dun-le-Palestel, Laurent Daulny, comme suppléant. "La décision de Ciotti lui appartient à lui seul. Ce n'est aucunement une décision partagée. Ce ne sont pas mes valeurs. Laurent Daulny et moi n'avons pas besoin d'une étiquette politique. Notre engagement depuis neuf ans à la tête de la Creuse parle pour nous. Nous allons poursuivre dans cette voie.", nous a confié Valérie Simonet ce mercredi 12 juin matin.

Mais aussitôt déclarée, Valérie Simonet, pourrait retrouver son ennemi juré, l'ancien député de droite Jean Auclair, qui a fait savoir qu'il avait des envies d'en découdre, également sous l'étiquette LR, à condition que Valérie Simonet retire sa candidature, ce qu'elle n'a pas l'intention de faire. 

Le RN toujours en embuscade

Car en Creuse comme ailleurs, le grand gagnant des Européennes, c’est le Rassemblement National avec un score de 35,4%. Le parti présidentiel n’est qu’à 11,4 %, la gauche réunie dépasse les 28%.

Au premier tour des dernières législatives de 2022, le Rassemblement national n’était qu’à 17%, juste derrière l’ancien député de droite Jean Auclair, lui aussi défait.

Cette fois, la donne pourrait donc changer, et le Rassemblement national pourrait logiquement présenter la trentenaire Camille Dos Santos de Oliveira, ancienne candidate d’Eric Zemmour en Corrèze, devenue cadre du parti lepéniste dans son nouveau département. Sur sa candidature, elle était ce lundi dans l'expectative : "J’attends encore des réponses lors des prochaines réunions. On attend les consignes et on attend de voir si le siège me redonne sa confiance. J’étais déjà sur la liste de Jordan Bardella pour les Européennes, en soutien pour clôturer."

Mais ce jeudi 13 juin, sur le réseau social X, ex Twitter, Bartolomé Lenoir, président de la fédération Les Républicains de la Creuse, a annoncé "sa candidature aux élections législatives de mon département soutenue par @J_Bardella !"

L’avenir de la Creuse est donc en train de s'écrire. D’autres éléments devraient apparaître cette semaine.

Les déclarations de candidatures doivent être déposées à partir du mercredi 12 et jusqu'au dimanche 16 juin 2024 à 18 heures. 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité