Creuse : après Tolkien, la Cité de la tapisserie va tisser l'oeuvre de Miyazaki

Le réalisateur de films d'animation japonais, mondialement connu, a accepté que ses oeuvres soient tissées à la Cité de la tapisserie d'Aubusson. Des tentures monumentales exposées à partir de 2021.
Aubusson enchaîne les partenariats prestigieux. Après Tolkien, ce sont les oeuvres du génie du cinéma d'animation japonais, Hayao Miyazaki, que les artisans de la Cité de la tapisserie vont tisser. La nouvelle a été annoncée ce vendredi 16 octobre officiellement par la présidente et le directeur de la Cité, Valérie Simonet et Emmanuel Gérard.

Et le cinéaste internationalement reconnu n'a étonnament pas été difficile à convaincre. "Après avoir exploré le monde anglosaxon avec Tolkien, on s'est dit que ce serait plutôt intéressant d'aller vers l'Asie et le Japon", retrace Emmanuel Gérard. Le reste est un heureux concours de circonstance : la Cité a bénéficié de l'aide d'une lissière japonaise, en stage à Aubusson à ce moment là, dont le père connaît le président du studio Ghibli (co-fondé par Hayao Miyazaki). Un contact qui a permis d'établir un lien direct avec le studio du cinéaste japonais. 
 
Miyazaki à Aubusson
 

Cinq tapisseries de 15 à 25m2

A peine un an plus tard, à l'été 2019, la Cité de la tapisserie signait une convention avec le studio Ghibli. Des négociations rapides, probablement facilitées par le partenariat déjà établi entre la Cité de la tapisserie et l'Estate Tolkien, qui détient les droits liés à l'oeuvre de l'auteur et est très regardant sur les utilisations de l'univers Tolkien. "Cela nous a apporté une crédibilité", reconnaît le directeur de la Cité. 
 

"Miyazaki c'est un univers narratif, scénographique, graphique et ça l'a intéressé qu'on donne une vision de cet univers en tapisserie" Emmanuel Gérard


Dans le contrat, quatre à cinq tapisseries de 15 à 25m2 représentant des images emblématiques des films de Miyazaki. Les tentures seront exposées au public entre 2021 et 2023, au fur et à mesure de leur conception. Des oeuvres monumentales, dont la toute première sera extraite de Princesse Mononoké. Suivront une scène du Voyage de Chihiro, deux du Château ambulant et une dernière, optionnelle, de Nausicaä.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture art artisanat économie