Match d’improvisation virtuel entre des lycéens de la Creuse et du Québec

Ce mercredi 5 mai 2021, dans le cadre du Nouveau Festival, des lycéens de la Creuse ont affronté ceux du Québec dans un match d’improvisation théâtral virtuel.

Avant le match international d'improvisation théâtral, en virtuel, entre la Creuse et le Québec
Avant le match international d'improvisation théâtral, en virtuel, entre la Creuse et le Québec © Service presse Conseil régional Nouvelle Aquitaine

Une joute théâtrale virtuelle a eu lieu, le 5 mai 2021 entre le lycée professionnel Louis Gaston Roussillat de Saint-Vaury dans la Creuse et le CÉGEP de Chicoutimi au Québec. 

En 2019, les lycéens de Chicoutimi avaient pu faire le déplacement en France lors d’ateliers préparatoires et affronter des élèves avant de participer au tournoi d'improvisation au Rocher de Palmer à Cenon (33) avec les jeunes de 12 établissements de Nouvelle-Aquitaine.

En raison de la crise sanitaire et pour ne pas rompre les liens entre le Nouveau Festival et le lycée québécois, c’est à distance que les 6 joueurs (3 français et 3 québécois) se sont affrontés mercredi 5 mai 2021 en fin d’après-midi heure française. C’est la formule retenue cette année par la Région Nouvelle Aquitaine organisatrice de l’événement théâtral.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le Nouveau Festival (@lenouveaufestivalna)

Comme des poissons dans l’eau

Mais malgré la distance, ce n’est pas un hasard si les animateurs et l'arbitre québécois semblent d’entrée de jeu comme des poissons dans l’eau.  

Pendant le match d'improvisation théâtral virtuel avec des lycéens, l'arbitre (Christian) et l'un des deux animateurs (Marc).
Pendant le match d'improvisation théâtral virtuel avec des lycéens, l'arbitre (Christian) et l'un des deux animateurs (Marc). © CEGEP Chicoutimi – Kathy Lapointe

Le principe du match d’improvisation est né au Québec en 1977, pour expérimenter de nouvelles formes théâtrales. Afin de casser l'élitisme, les Québécois ont l’idée d’utiliser la forme du sport, en parodiant le populaire hockey sur glace (décorum et règles).

Car ici on parle de match, d’entraîneur, d’avertissements et de pénalités et c’est au coup de sifflet que débutent et se terminent les saynètes. 

Sélectionnés pour la rencontre du jour, Pauline, Elisabeth et Adèle pour le Québec rencontrent Ambre, Alexis et Noémy pour la France. Ils sont présents derrière les caméras de leurs écrans d’ordinateurs, d’ores et déjà concentrés avant le début des épreuves. 

Une avalanche de thèmes

Car il faut savoir être très concentré et faire preuve d’une grande réactivité. Pour chaque scène (il y en aura six ce soir-là), l’arbitre énonce le menu (nombre de joueurs, durée, thématique) et les jeunes comédiens  n'ont que quelque secondes de réflexions pour se synchroniser et trouver des idées. 

A partir des thèmes des dinosaures, pirates, de l'interview, du rendez-vous amoureux, ou encore de l’éternité, les matchs vont s’enchaîner pendant une heure à une cadence plutôt soutenue. 

Une compétition animée par deux québécois Marc Guiol Trafikants et Mireille Munger. Leur rôle est important entre les parties pour garder les spectateurs en haleine.

Trouver rapidement l’inspiration

Mais ces intermèdes sont surtout l’occasion pour les jeunes de se coordonner au minimum dans leur jeu d’acteurs. Ils n'ont pas plus de trente secondes pour trouver l’inspiration.

De l’imagination il n’en manquait pas hier soir. C’est avec une incroyable facilité que les lycéens prennent la parole et dialoguent entre eux, presque sans temps-mort, comme si les textes étaient écrits à l’avance ce qui n’est pas le cas. Au coup de sifflet ils n'ont que deux petites minutes pour convaincre le jury. 

Les jeunes acteurs enchaînent les rôles : un pirate, un apiculteur, une vlogeuse (comprenez blogueuse qui fait des vidéos) avec des centaines de followers. La génération incarne parfaitement ces stars éphémères du moment sur les réseaux sociaux, les parodiant avec un humour déconcertant.

Il y a sur certaines épreuves une belle fluidité entre les personnages, qui trouvent sans la moindre hésitation une idée originale pour rebondir.

L’écran les sépare

L’exercice était pourtant rendu difficile derrière les écrans. Mais les jeunes sont parvenus à incarner leurs personnages de manière astucieuse. 

Habitués d’ordinaire à se déplacer sur scène, leurs corps en mouvement avec des échanges de regards constants, ce soir ils se bougent comme ils peuvent derrière les écrans pour captiver leur auditoire. 

Une partie des joueurs du match d'improvisation international virtuel
Une partie des joueurs du match d'improvisation international virtuel © CEGEP Chicoutimi – Kathy Lapointe

Tour à tour debout, assis, surgissant de dessous l’écran..., ils sourient, rient, pleurent aussi. Ils dansent et miment sans jamais s’éloigner de la caméra. Une petite fenêtre d’expression qui rend l’exercice d’autant plus complexe.

S’ajoutent les difficultés pour dialoguer à distance sans pouvoir anticiper la suite de l’échange par le regard. Ils y parviennent tant bien que mal, se coupant la parole par moment mais y parvenant la plupart du temps.

Coup de sifflet final

Le spectateur est embarqué dans cet imaginaire improvisé. Alors même si des pénalités sont parfois tombées, l’exploit est d’ailleurs souligné par les organisateurs après le coup de sifflet final.

Ce soir il n’y a pas de perdant mais une égalité parfaite entre les deux équipes. Si la cause est technique (panne du système de votes), elle tombe à point nommé car permet de souligner la prouesse de l’ensemble des participants.

match d'impro à retrouver

France 3 Limousins - match improvisation international - 07/05/2021 ©Service presse Conseil régional Nouvelle Aquitaine

 

Peut-être qu’un jour l’un des joueurs en lice participera à la Coupe du Monde d’improvisation.

A noter que la suite du Nouveau Festival devrait se tenir les 19 et 20 mai 2021 au Rocher de Palmer à Cenon (33).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
théâtre culture éducation société