• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Val Maubrune, un jardin au naturel

© Margaux Blanloeil / France 3 Limousin
© Margaux Blanloeil / France 3 Limousin

Le jardin de Val Maubrune se cache en Creuse, dans les monts de Guéret. C’est un havre de paix et d’harmonie développé depuis 20 ans par ses propriétaires. En 2014, il reçoit le label « Jardin remarquable ».
 

Par Margaux Blanloeil / SA

La rencontre

Généreuse et accueillante comme son jardin, Thérèse Thibault-Lemeignan a d’abord voulu devenir lissière. Originaire du Nord-Pas- de-Calais, elle découvre la Creuse en allant à Aubusson pour étudier la tapisserie. Mais, très vite, elle comprend que ce métier ne lui conviendra pas. Attachée à la nature, aux jardins, elle devient pépiniériste dans le nord. 7 ans plus tard, Thérèse revient en Creuse où elle rencontre l’amour et un très beau terrain. C’est en 1997 qu’elle décide avec son compagnon de l’époque Gérard Lemeignan de faire de ces trois hectares, un jardin semi-sauvage.
 

Un jardin creusois

Ce jardin, Thérèse et Gérard l’ont voulu sauvage et fidèle à la nature creusoise. Ils ont souhaité qu’il se fonde dans le paysage, qu’il soit graphique, teintés de couleurs douces, du rose au rouge sombre.
Pour ça, ils ont d’abord observé la nature. Pendant 2 ans, ils ont tronçonné, nettoyé sans ajouter de plantes. Puis, ils ont créé des espaces, de la perspective et ont planté des fougères, des bruyères, des hortensias, des rosiers, une multitude d’espèces adaptées au terroir.
Val Maubrune, un jardin au naturel
 

Un jardin sauvage et naturel



 

L’architecture du jardin

On trouve une saulaie, un bois d’aulnes, d’hêtres, de chênes avec à leur pied une quantité de fougères. En tout, il y a une centaine de variété de fougères. Les prairies entourent ou séparent ces différents espaces du jardin. Grâce à l’agencement des végétaux, le jardin de Val Maubrune possède une harmonie propice à la contemplation.

 

De drôles d’animaux exposés

Ancien agriculteur, Jean-Claude Aubailly transforme aujourd'hui de vieilles machines agricoles en sculptures. Il crée des autruches, des loups, des oies avec des sièges ou des roues de tracteurs. De belles œuvres en harmonie avec le jardin de Val Maubrune où elles sont exposées jusqu’au 15 septembre.

Les oiseaux d'Aubailly



 

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus