• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Troubles suite à une occupation illicite de terrain par des gens du voyage à La Souterraine

Le parking de l'ancien supermarché de La Souterraine occupé illégalement par des gens du voyage / © Google maps
Le parking de l'ancien supermarché de La Souterraine occupé illégalement par des gens du voyage / © Google maps

Insultes, nuisances, coup de poing porté à un pompier dans la nuit de mardi à mercredi 17 avril 2019, plusieurs plaintes ont été déposées à l'encontre de gens du voyage installés illégalement sur un ancien parking de La Souterraine. Les élus demandent l'application de mesures d'urgence.

Par Martial Codet-Boisse

Il y a la plainte de la mairie, la SAUR, ENGIE, un magasin, le propriétaire dont on a brûlé la haie, une dame agressée passant sur le parking, un pompier qui a reçu un coup de poing hier soir en essayant d'éteindre le feu de haie. Au moins 7 plaintes ont été enregistrées, ça suffit ! Jean-François Muguay, maire de La Souterraine

Insultes, agression physique, feux, branchements sauvages d'eau et d'électricité, commerçants et élus de la municipalité se mobilisent face à l'occupation illégale depuis 4 mois de l'ancien site Aldi de La Souterraine par des familles de gens du voyage. La personne soupçonnée d'avoir donné un coup de poing au pompier a été placée en garde à vue, présentée en comparution immédiate ce jeudi 18 avril, l'audience a été renvoyée au 20 mai. Une conférence de presse avait déjà été organisée lundi 15 avril pour dénoncer ces troubles. Aujourd'hui, les édiles demandent qu'une action en justice soit entreprise.

Il faut que la justice soit enfin saisie pour troubles graves et menaces à l'ordre public nécessitant des mesures d'urgence. Etienne Lejeune, 1er adjoint au maire de La Souterraine

Fin mars, le maire avait demandé l'intervention de la préfecture de Creuse afin d'évacuer le site, arguant notamment du fait qu'une aire d'accueil pour les gens du voyage existait déjà à La Souterraine. La préfète lui avait opposé une fin de non-recevoir : "S'agissant d'un terrain privé, le propriétaire pourrait s'opposer à l'arrêté de mise en demeure et à une évacuation forcée", précisait Magali Debatte dans son courrier de réponse. La préfecture ne souhaite pas s'exprimer sur le sujet, une enquête est en cours, diligentée par la gendarmerie de La Souterraine.
 

Sur le même sujet

Emilie Beau

Les + Lus