Déconfinement : une réouverture des musées du Limousin dans la confusion

Le musée d'archéologie et du patrimoine Marius Vazeilles à Meymac / © Association Marius Vazeilles
Le musée d'archéologie et du patrimoine Marius Vazeilles à Meymac / © Association Marius Vazeilles

Depuis le lundi 11 mai, date du déconfinement, les “petits musées” peuvent à nouveau accueillir du public. Une déclaration d'Edouard Philippe devant l'Assemblée Nationale le 28 avril. Mais dans les faits, ce n’est pas si simple.
 

Par France Lemaire

Qu'est ce qu'un" petit musée" ? Devant le flou de l'expression d'Edouard Philippe, neuf jours plus tard, Christophe Castaner, le ministre de l'intérieur, apporte cette précision :
 

des musées dont la fréquentation n'entraîne pas de mouvement important de population. Les préfets en arrêteront la liste (...)


Une déclaration explicitée dans le journal officiel du 11 mai

le préfet de département peut, après avis du maire, autoriser, l'ouverture, dans des conditions de nature à garantir le respect des dispositions de l'article 1er, des musées, monuments et parcs zoologiques dont la fréquentation habituelle est essentiellement locale et dont la réouverture n'est pas susceptible de provoquer des déplacements significatifs de population.

En pleine confusion



Un décret paru le jour même du déconfinement, un peu tard pour certains musées : à Bort-les-Orgues, le musée de la tannerie et du cuir a rouvert ses portes au public dès le lundi matin, persuadé de son bon droit, avant de se raviser dans l'après-midi.
 
Le musée de la tannerie et du cuir de Bort-les-Orgues prêt pour l'ouverture / © Musée de la tannerie et du cuir
Le musée de la tannerie et du cuir de Bort-les-Orgues prêt pour l'ouverture / © Musée de la tannerie et du cuir





Dans le même département, à Meymac, le musée Marius Vazeilles souhaite rouvrir ses portes au public à la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet : 

On espère rouvrir mais on ne sait pas quand, explique Pierre Chiesa, le président de l'association Marius Vazeilles. On travaille à la rédaction d'un protocole, avec des mesures sanitaires, il sera soumis au maire, puis au préfet. Et nous pensons qu'il y aura des visites de la préfecture pour vérifier que toutes les mesures sont mises en place. 
 

Faut-il attendre une validation de la préfecture avant d'ouvrir ? Pour le moment du côté des services de l'Etat en Corrèze, on nous indique de "pas avoir d'éléments" pour répondre à cette question.

 

Protocole détaillé


Face à ces incertitudes d'autres ont pris les devants. Ainsi, sur les réseaux sociaux, la cité des insectes à Nedde, dans la Haute-Vienne, indique sa date de réouverture, le 21 mai
 



Le musée a répondu à une demande de la préfecture de la Haute-Vienne et a fourni un protocole d'accueil du public détaillé, avec les nouveaux horaires d'ouvertureun sens de circulation, tracé au sol, pour éviter aux visiteurs de se croiser, des postes avec du gel hydroalcoolique, la fermeture de l'accès aux microscopes, trop complexes à décontaminer. 


La mairie de Nedde lui a aussi prêté une tente de 8 mètres sur 5, afin de permettre aux familles d'attendre leur tour à l'abri de la pluie ou du soleil alors qu'une seule personne est autorisée à se rendre à l'accueil pour retirer les entrées.




 
Une tente pour abriter le public en attente à l'entrée de la cité des insectes / © Régine Elliott
Une tente pour abriter le public en attente à l'entrée de la cité des insectes / © Régine Elliott
 

Quand ouvrir ? Des règles floues


L'aquarium de Limoges a également fourni toutes les garanties à la préfecture et a rouvert sous certaines conditions ce mercredi 13 mai 2020. 

 


En revanche, le département de la Haute-Vienne qui avait lui aussi annoncé la réouverture au public de son musée d'art contemporain à Rochechouart pour ce mercredi 13 mai s'est finalement rétracté.

L'ouverture est retardée, en attendant la parution d'un arrêté préfectoral. Il pourrait s'agir de la liste de tous les musées autorisés à rouvrir dans la Haute-Vienne. Une parution ce vendredi ou plus tard ? Les services de l'Etat ne communiquent pas à ce sujet. 
 
Le château de Rochechouart, en Haute-Vienne / © F3 Limousin
Le château de Rochechouart, en Haute-Vienne / © F3 Limousin
 

Le recensement dans la Creuse


La préfecture de la Creuse a procédé différemment. Elle s'est rapprochée de la DRAC et recence tous les musées. 

Mais quand rouvriront-ils ? C'est encore la grande inconnue. Une autre question se pose : les réouvertures se feront-elles à la carte ou y aura-t-il une date commune

Ce sont des réponses souhaitées par de nombreux musées.

 


A Bellegarde-en-Marche, Gérard Laumont, le président de l’Air memorial creusois attend lui la réunion du conseil d’administration avant de valider ou pas une réouverture, tout en l'espérant fortement: 

Avec la fermeture des grands musées, nous espérons que le public se tournera vers nos petites structures, indique-t-il, avec un brin d’optismisme.

Navigation à vue

D'autres se montrent plus perplexes. C'est le cas de Régine Elliott, la directrice de la Cité des Insectes à Nedde. Les visiteurs seront-ils au rendez-vous ? Elle se pose la question, et ne sait comment y répondre : 

On a aucune visibilité, nos statistiques de 15 ans ne veulent plus rien dire.


Au fil des jours, les groupes qui représentent 5000 visiteurs, annulent leurs réservations, même pour cet été. Quant aux familles, impossible là encore de dire si elles se déplaceront.

La limite des 100 kilomètres freine le nombre de visiteurs, constate Régine Elliott.


Quant à l'espace Valadon à Bessines-sur-Gartempe, il doit faire face à une autre contrainte : situé au premier étage de l'office de tourisme, il est tributaire de sa date d'ouverture, et ce ne sera pas avant la mi-juin.

Encore un mois à attendre. Alors pour patienter, l'association Bessines Inspiration Valadon propose un concours de circonstance, celui du plus beau masque. 
 



 

Sur le même sujet

Les + Lus