Déconfinement : Tulle, Brive, Guéret, Limoges… Quand les villes reprennent vie

Après 55 jours de confinement, la vie reprend lentement son cours en France. A Tulle, Brive, Guéret ou encore Limoges, le contraste est presque saisissant. C'est un peu comme si l'on sortait d'une "hibernation printanière"…
 
Pendant presque deux mois, la France aura vécu une période inédite et tellement particulière. Si, depuis le 11 mai, il est de nouveau possible de sortir, de faire du shopping, de reprendre le chemin du travail, ce déconfinement est avant tout progressif. Si les villes commencent à se réveiller, elles auront, sans conteste, changé de visage… des visages…masqués.

Un nouveau mot : déconfinement

Nous n'avions jamais été confinés et donc encore moins déconfinés. Déconfinement ? Un nouveau mot, absent des dictionnaires (pour l'instant) et pourtant, une situation à laquelle nous sommes tous confrontés aujourd'hui. 

Anglicismes, néologismes et expressions nouvelles sont arrivés en force depuis le 17 mars : cluster, distanciation sociale, gestes barrières, clapping, ou encore Whatsappero .... et "déconfinement", ces mots sont-ils derrière nous ? 
 

À l'affût 

L'ambiance sonore a changé. Fini le chant des oiseaux et le chant des grillons que (presque) rien ne venait interrompre. La circulation automobile a repris son ronron quotidien. Le brouhaha des autoroutes revient comme un refrain entêtant.  

Telle une fourmilière à l'air libre, les promeneurs pressent le pas, sur leurs gardes.
 
Devant les magasins, les files d'attente s'allongent, gestes barrière obligent. Dans la rue, on se parle, mais de loin, la poignée de main n'est plus qu'un souvenir. Nos habitudes ont été modifiées et qui sait quand (et si) nous pourrons revenir à "la vie d'avant", celle des embrassades, des contacts, des bises et de la proximité.
  

Restons prudents

Et pourtant, à bien y regarder, est-ce vraiment si différent qu'avant ? Pas si sûr en fait. Parfois, au détour d'une rue commerçante, certains tentent des rapprochements, le masque sous le menton comme pour mieux sourire. Les chevaux de bois du manège ont repris leur cavalcade avec sur leur dos, des enfants ravis de l'aventure. Les cyclistes, eux aussi, se sont remis en selle et les trottinettes… trottinent. Alors oui, reprenons un peu de vie, mais restons prudents.

 
 


Les balades au bord de l'eau sont devenues un rituel, comme une envie irrésistible de profiter du temps présent.

 
Avec ces quelques images, voilà que nous nous surprenons à regarder nos villes différemment. À comparer notre quotidien d'aujourd'hui avec le temps d'avant… Et demain ?    



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société