Délinquance : pendant le confinement, les entreprises peuvent demander une surveillance renforcée

C'est l'équivalent de l'opération Tranquillité Vacances ramené aux entreprises et commerces actuellement fermés. Un signalement effectué auprès de la gendarmerie permet de surveiller étroitement les sites les plus exposés. 

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Les commerçants et chefs d’entreprise dans l’obligation de fermer sont légitimement inquiets de laisser leur outil de travail sans surveillance pendant aussi longtemps. Car c'est immoral, mais c'est comme ça : les malfaisants peuvent profiter de la crise sanitaire et du confinement pour s'en prendre aux locaux fermés. 

OTEC anonyme, gratuit

La gendarmerie propose donc aux propriétaies de ces établissements de s'inscrire à l’opération «OTEC», Opération Tranquillité Entreprises-Commerces*. Un dispositif calqué sur l'OTV, Opération Tranquillité Vacances auquel les particuliers ont recours pour la protection de leur domicile lors des vacances. L'information circule déjà dans les départements, via les Chambres de Commerce, les chambres des métiers et de l’artisanat, les Chambres d'Agriculture et les Unions Patronales.

Un formulaire gratuit

Pour ces dirigeants d’entreprises et des commerces susceptibles d'être victimes de vols ou d'actes de malveillance, la gendarmerie met à disposition un formulaire OTEC où les professionnels doivent indiquent leur période de fermeture et les spécificités de leur établissement. La démarche est entièrement gratuite. Pour exemple, en Dordogne la démarche peut être faite en ligne sur cptm.ggd24@gendarmerie.interieur.gouv.fr. Les données collectées restent strictement limitées à cet usage et ne sont pas communiquées à l'extérieur. Après cette première prise de contact, un entretien téléphonique permet de confirmer la nature et les besoins de l'entreprise. 

Des rondes orientées par GPS

Ce document doit être ensuite déposé à la brigade de Gendarmerie la plus proche, ou renvoyé par mail au siège départemental de la gendarmerie. Les informations collectées sont intégrées dans le logiciel de navigation utilisé par les militaires pour orienter leurs patrouilles. Cela leur permet d'effectuer des rondes et des surveillances plus ciblées, un signalement leur est automatiquement adressé lorsqu'ils passent à proximité d'un lieu à surveiller particulièrement, signale les locaux qui n'ont pas encore fait l'objet d'une vérification, etc. 

En Dordogne, la continuité d'un lien direct entreprises-Gendarmerie

Pour le Colonel Louis Pauty qui dirige la Gendarmerie de Dordogne, ce dispositif est un plus, mais pas tout à fait une nouveauté. Depuis 2015, le système d'alerte élaboré avec la préfecture, la CCI, la Chambre d'Agriculture et celle de l'Artisanat Prévention Entreprises 24 permet d'être en lien direct avec près de 200 professionnels du département. L'an dernier, plus de 3 100 SMS d'alertes ont été envoyés par la Gendarmerie aux professionnels du département. Des informations par secteur ou par catégories professionnelles pour alerter sur des vagues de cambriolage, des escroqueries, des risques particuliers, etc.

Ça se complique pour les malhonnêtes

De quoi perturber singulièrement la vie des malfrats dont les déplacements se remarquent encore plus en ce moment sur des routes désertées. Déjà en butte aux contrôles occasionnés en journée par le confinement, ils risquent encore plus la nuit car tous les déplacements nocturnes sont d'office contrôlés par les patrouilles des Pelotons de Surveillance et d'Intervention. Selon le Lieutenant-Colonel Pauty, l'effet du confinement s'est fait sentir avec une baisse globale des infractions, hormis celle des atteintes à la personne.

Et en zone police ?

OTEC s'adresse en priorité aux entreprises en zone rurale ou isolées. Mais pour les professionnels dont les locaux sont situés en "zone police", un dispositif similaire est également mis en place par les directions départementales de la sécurité publique. De la même manière, ceux qui souhaitent bénéficier d'une surveillance renforcée peuvent télécharger le formulaire, habituellement destiné aux particuliers dans le cadre de "l'opération tranquillité vacances" et le transmettre au commissariat compétent

Conseils de bon sens

Le dispositif OTEC ne dispense pas d'observer quelques règles de bon sens si vous avez fermé (correctement) votre entreprise, comme le rappelle la gendarmerie. Ne pas laisser d'objets de valeur en vue ou de liquidités dans des locaux fermés, veiller au bon état de fonctionnement des systèmes de surveillance et des éclairages, informer les personnels et collaborateurs des règles de sécurité contre les dégradations, observer des activités ou facteurs inhabituels et, toujours, veiller à ne pas attirer la convoitise sur les réseaux sociaux pour éviter les cyberattaques. Ça va sans dire... 


*Cette Opération s'inscrit dans le cadre de la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ) et dans le cadre de #répondreprésent de la Gendarmerie, une démarche d’accompagnement de la population, des territoires et des acteurs économiques durant la période de confinement et pour les semaines qui suivront le déconfinement.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : conseils pratiques santé société entreprises
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter