Après Jean Grellier, la gauche va-t-elle garder la 3ème circonscription des Deux-Sèvres ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christine Hinckel

La troisième circonscription des Deux-Sèvres recouvre le nord du département, un territoire qui s'identifie difficilement à la nouvelle grande région et qui pour des raisons historiques, géographiques et de facilités de transport est plus tourné vers les Pays-de-La-Loire, le Choletais et la Vendée.

Cette terre où la religion catholique est toujours bien présente et plutôt orientée à droite est cependant représentée depuis deux législatures par un député socialiste, l'ancien maire de Cerizay Jean Grellier. Celui-ci a décidé de ne pas se représenter et laisse sa succession ouverte sans scénario pré-établi. Quel ou quelle député(e) va se donner ce territoire marqué à la fois par son enracinement dans le monde agricole, notamment celui de l'élevage, et par sa tradition industrielle autour des villes ?


Sommaire

Les points-clés de la circonscription
Jean Grellier, un député ancré dans son territoire
Qui pour succéder à Jean Grellier ?
Les 10 candidats
Retour sur la présidentielle


Les points clés de la circonscription

  • Le Nord Deux-Sèvres est une terre de forte tradition catholique en opposition au sud du département plus marqué par le protestantisme. C'est un territoire où la droite est généralement majoritaire à l'exception de l'îlot de gauche que représente la ville de Thouars, de tradition ouvrière.
  • C'est un territoire essentiellement rural mais où la tradition industrielle est fortement présente avec de nombreuses petites et moyennes entreprises et des unités industrielles ou de l'agro-alimentaire plus importantes. 
  • Marqué par la crise de 2008, le bassin d'emploi connaît un renouveau et l'emploi repart à la hausse de façon significative notamment dans le secteur industriel, l'agro-alimentaire et dans une moindre mesure le textile. Dans le bocage bressuirais, le taux de chômage est l'un des plus bas de la région.
  • Issue du redécoupage de la carte électorale de 2010, la 3ème circonscription regroupe 77 communes, 116 000 habitants et 85 000 électeurs. La plus grosse ville de la circonscription ne compte que 18 000 habitants, il s'agit de Bressuire. Vient ensuite Thouars avec ses 10 650 habitants.

Jean Grellier, un député ancré dans son territoire

Le socialiste Jean Grellier, a été une figure politique de premier plan dans le Nord Deux-Sèvres pendant de longues années en tant que maire, conseiller régional puis député. A 70 ans et après deux mandats de député, il a décidé aujourd'hui de se retirer de la vie politique. Avant d'être élu à l'Assemblée nationale, Jean Grellier a été maire de Cerizay pendant 25 ans, de 1983 à 2008. C'est dans cette ville qu'était implantée l'entreprise Heuliez. Il a alors passé la main à Johnny Brosseau, lui aussi socialiste.

Jean Grellier a également été un élu de premier plan de la région Poitou-Charentes. Élu en 2004 en deuxième position sur la liste Royal, il est nommé vice-président de la région chargé du développement économique et de l'emploi. Un mandat qu'il va abandonner en 2007 lors de son élection à l'Assemblée nationale. Dans ces terres réputées de droite, il bat le député sortant Dominique Paillé (UMP) et sera confortablement réélu en 2012 avec une majorité de 58% des voix au second tour. Il devient alors le réprésentant de la 3ème circonscription des Deux-Sèvres après le redécoupage de 2010.
Pendant ces deux mandats, le député du Nord Deux-Sèvres a bataillé pour plusieurs gros dossiers concernant son territoire notamment la mise à 2x2 voies de la RN149 entre Cholet et Bressuire, le projet de l'Hôpital Nord Deux-Sèvres à Faye-L'Abesse et enfin, en liaison avec la région, les tentatives de sauvetage de l'entreprise Heuliez, disparue en 2013, et sa reconversion vers la voiture électrique.
Jean Grellier était président de la Commission des affaires économiques à l'Assemblée nationale.

Qui pour succéder à Jean Grellier ?

Jean Grellier ne se représente pas mais il a désigné son poulain pour ces législatives en apportant entièrement son soutien au candidat investi par le Parti Socialiste. Il s'agit de Marc Bonneau, âgé de 27 ans et l'un de ses anciens assistants parlementaires. Celui-ci se revendique d'ailleurs de l'héritage de son mentor en politique. Après 10 ans de travail à ses côtés, il se dit  "très imprégné de sa méthode, de sa capacité à rassembler les gens pour travailler au-delà des clivages partisans mais toujours en étant fidèle à ses valeurs progressistes et écologistes".

Le poulain du député sortant trouve sur son chemin une candidate redoutable qui connaît bien le territoire et ses dossiers importants puisqu'elle a été sous-préfète de Bressuire de 2008 à 2012, notamment au moment des difficultés chez Heuliez. Véronique Schaaf-Gauthier est candidate pour Les Républicains et l'UDI. Forte de son expérience de sous-préfète et du travail "dans l'unité et la neutralité" elle veut, elle aussi, rassembler pour travailler dans l'unité.

Droite et gauche rassemblées et disparition des étiquettes qu'il juge "fatiguantes et lassantes", c'est évidemment également la ligne du candidat de la République en Marche. Jean-Marie Fievet, 52 ans, est pompier professionnel. Il est en mesure de venir bousculer les lignes politiques dans ce territoire en misant sur l'élan impulsé par l'élection présidentielle.

Il faudra également compter avec deux autres candidats cherchant eux aussi à se placer dans la lignée des résultats de la présidentielle. Lucie Chaumeron pour le Front National, peu implantée sur la circonscription mais encouragée par les bons scores obtenus par Marine Le Pen dans plusieurs communes rurales. La candidate du FN a, par exemple, engrangé 29.94 % des voix à Argenton-l'Eglise au premier tour et 45,34% au second. 

La France Insoumise en revanche a investi un candidat bien connu dans le Nord Deux-Sèvres, le syndicaliste Philippe Cochard, infirmier à Thouars. Il se donne pour mission de reconquérir les voix des électeurs ruraux qui se sont tournés vers le Front National en prônant une juste égalité pour tous à l'intérieur du territoire et en luttant contre "l'oubli du monde rural".

Enfin Armelle Boivin, la candidate Europe-Écologie-Les-Verts estime "indispensable d'avoir des élus écologistes à l'Assemblée nationale pour soutenir les projets portés par Nicolas Hulot".

Les 10 candidats

  • Armelle BOIVIN - EELV
  • Jean-Marie FIEVET - En Marche
  • David ROBIN -Souveraineté, identité et libertés (Siel)
  • Lucie CHAUMERON - FN
  • Marc BONNEAU - PS
  • Ludovic SZOTOWSKI - LO
  • Valérie MORMICHE - UPR
  • Philippe COCHARD - FI
  • Marie POUJADE - DLF
  • Véronique SCHAAF-GAUTHIER - LR/UDI

Retour sur la présidentielle

Au soir du second tour, Emmanuel Macron est arrivé largement en tête avec 68,5% des voix contre 31,5% pour Marine Le Pen. 
Au premier tour, les résultats avaient été plus contrastés. François Fillon s'était placé à la deuxième place avec 22,48% des suffrages, 3 points derrière Emmanuel Macron qui avait récolté 25,4% des voix. Marine Le Pen avait obtenu 20,2% des suffrages, Jean-Luc Mélenchon, 16,15 et 5,22 pour Benoît Hamon.

La présidentielle dans la 3ème circonscription des Deux-Sèvres