Deux-Sèvres : 5 communes du Pays Mellois fusionnent

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christina Chiron .

Fusionner pour faire des économies : de nombreuses communes ont déjà franchi le pas. A deux, trois ou quatre, mais rarement à cinq ! 
Dans les Deux-Sèvres, c'est pourtant ce que viennent de décider cinq municipalités du Pays Mellois. Une première

Dix ans qu'ils attendaient ça !

Cinq maires pour une seule future commune.  



Dans les Deux-Sèvres, cinq communes du Pays Mellois fusionnent : Saint-Léger-de-la-Martinière, Saint-Martin-lès-Melle, Paizay-le-Tort, Mazières-sur-Béronne et Melle.

Le 1er janvier prochain, toutes ne feront qu'une pour donner naisance à une nouvelle commune forte désormais de 6.500 habitants : Melle.



Melle, dont l'appellation a fait consensus, comme l'explique Yves Debien, actuel maire de Melle : "Les habitants de Melle mais aussi des communes voisines se disent Mellois. Il était important que la ville centre de ce Pays Mellois garde le nom de Melle pour qu'il y ait une reconnaissance collective. Ca c'est fait tout naturellement sans poser aucun problème".



Mariage de raison



Cinq communes qui fusionnent, c'est du jamais vu dans le département. Un mariage de raison face à la baisse des dotations de l'Etat

Objectif : mutualiser et optimiser les services et équipements des cinq municipalités et pourquoi pas, attirer de nouvelles entreprises. 



En contrepartie de cette fusion, Saint-Léger-de-la-Martinière et Saint-Martin-lès-Melle devraient voir leur fiscalité s'alourdir. Une hausse lissée sur 12 ans.



Ces 5 dernières années, 542 « communes nouvelles » ont été créées en France. 



Le reportage d'Ingrid Gallou, Alain Darrigrand et Damien Dubois

Intervenants : Yves Debien, Maire de Melle (PS) et Christophe Labrousse, Maire de Saint Léger de la Martinière (Divers Gauche)





Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité