Deux-Sèvres : le producteur de melons Soldive va fermer son site du Thouarsais

Publié le
Écrit par Sophie Goux

Deux ans après la fermeture du site de l'entreprise Rouge-Gorge à Taizé-Maulay à côté de Thouars, c'est un autre poids-lourd de la production de melons qui annonce son départ. Soldive, va fermer son site du Thouarsais dans quelques semaines.

En deux ans, la production de melon aura totalement disparu dans les Deux-Sèvres, du côté de Thouars. Après la fermeture, il y a deux ans, du site de l'entreprise Rouge-Gorge à Taizé-Maulay à côté de Thouars, c'est maintenant Soldive, le leader français des fruits d'été qui annonce la fermeture du site de Brie. La crise que traverse la filière ne concerne d'ailleurs pas que les Deux-Sèvres, puisque des sites de production au Maroc, en Espagne et dans le sud-est de la France doivent également fermer. La mauvaise récolte de l'an passé consécutive aux pluies de l'été n'a pas arrangé les choses. Elle vient s'ajouter à des difficultés plus anciennes liées notamment à la forte concurrence de la grande distribution.

La fermerure du site n'est pas une surprise, même si elle constitue un coup de massue pour la cinqantaine de salariés. Depuis trois ans, des rumeurs persistantes de fermeture circulaient dans le Thouarsais.

On voyait qu'il y avait moins de personnel, moins de monde. On sentait que c'était un peu au ralenti par rapport à ce qu'on a connu.

Un voisin de l'entreprise

Les conséquences sociales seront très importantes  d'abord pour les salariés et ensuite pour le millier de travailleurs saisonniers qui venaient chaque année récolter les melons. Certains avaient même choisi de déménager pour s'installer plus près de leur lieu de travail. Chaque année, 18.000 tonnes de melons étaient récoltées dans les champs de l'entreprise.

Pour la maire de la commune, Soldive après Rouge-Gorge, ce sont deux grosses entreprises familiales qui disparaissent coup sur coup :

On avait deux références nationales dans le domaine du melon et elles ferment toutes les deux à deux ans d'intervalle.

Christiane Babin, maire de Plaine-et-Vallées

 

L'inquiétude concerne aussi le département voisin de la Vienne où Soldive compte un site de production à Moncontour. Il pourrait également être sur la sellette.