Cet article date de plus de 3 ans

La gratuité des bus à Niort est loin de faire l’unanimité

Elles ne sont qu’une vingtaine d’agglomérations en France à avoir adopté la gratuité de leur réseau de transports en commun. La Communauté d’Agglomération de Niort (CAN) rejoint aujourd'hui ce groupe et devient ainsi la plus grande agglomération à proposer ce service 100% gratuit.
Les bus sont désormais gratuits dans l'agglomération niortaise
Les bus sont désormais gratuits dans l'agglomération niortaise © France 3 Poitou-Charentes - M. Rondonnier
Il y avait un peu de monde ce matin autour des bus du réseau TanLib. Et pour cause, la CAN a désormais le plus grand réseau de bus gratuits de France. Mais contre toute attente, la gratuité du réseau niortais ne fait pas l’unanimité. Il s’accompagne d’une réorganisation du réseau, mise en place en juillet, que nombre d’usagers ne découvrent qu’à leur retour de vacances. 5 des 12 lignes ont été supprimées et le réseau réorganisé.
durée de la vidéo: 01 min 47
Les bus sont désormais gratuits à Niort (79)


Inauguration du réseau de bus désormais gratuits à Niort
Inauguration du réseau de bus désormais gratuits à Niort © France 3 Poitou-Charentes - M. Rondonnier

"On a osé la gratuité"

Avec cette gratuité, le maire et président de la communauté d’agglomération Jérôme Baloge a plusieurs objectifs : "redonner du pouvoir d’achat, redonner de la mobilité dans l’agglomération et gagner en attractivité". C’est ce qu’il explique dans l’interview réalisée le 31 août sur notre antenne (à voir plus bas dans cet article). Une hausse de fréquentation de 30% est aussi dans la ligne de mire.

Des syndicats inquiets

Les syndicats, réunis dans une intersyndicale CGT-UNSA-CFDT, se demandent comment seront financés les 2 millions d’euros de manque à gagner lié à la gratuité (l’agglomération chiffre ce manque à gagner à 1,5 millions d’euros). Ils craignent que cela ne se fasse au détriment des salariés, dans une société où il n’y a pas eu d’augmentation depuis 2015 et où 10 postes n’ont pas été remplacés depuis un an et demi.
L’intersyndicale explique laisser un mois au maire pour réajuster le réseau TanLib, améliorer l’offre et donner des réponses sur le financement. A défaut, ils envisagent un mouvement de grève.
Image d'illustration
Image d'illustration © Marine Rondonnier, France Télévisions

Pour Jérôme Baloge, le réseau a vocation à évoluer. Lui aussi s’est donné un mois pour réajuster le réseau, précisant qu’à partir du mois d’octobre, cette offre de transport public serait complétée par un réseau pour les vélos et un service de covoiturage.
La CAN compte 120 000 habitants, dont la moitié dans la seule ville de Niort.
durée de la vidéo: 03 min 15
Interview de Jérôme Baloge, maire de Niort

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports mobilité