"Un petit bistrot de village qui ferme, c'est consternant" : la fermeture d'un café-restaurant suscite l'émoi chez les habitants

C'est une fermeture qui suscite beaucoup d'émotion à Secondigny. Le Gatinois, un des bars restaurants du village des Deux-Sèvres, a dû mettre la clé sous la porte en raison de l'état du bâtiment, mais tout n'est peut-être pas perdu.

Il a le sourire, mais le cœur n’y est plus. Emmanuel Lannel a dû baisser le rideau de son bar-restaurant ce mardi 16 avril, après onze ans d’exploitation."La tristesse va monter ce soir, quand tout le monde sera parti et qu'on mettra vraiment la clé sous le paillasson". Autour de lui, clients et habitants ont tenu à témoigner de leur solidarité. "J’aimais bien le restaurant et puis j'aimais bien le patron, Manu", confie un fidèle. "C’est consternant un petit bistrot de village qui ferme. On est de tout cœur avec Manu, j'espère qu'il va rebondir", réagit une autre habituée de l'établissement.

Un bâtiment insalubre

C'est l’état de délabrement du bâtiment qui a contraint la préfecture à prononcer sa fermeture. Les infiltrations d’eau ont fragilisé sa structure. "La poutre est sortie de la poutre centrale. Le risque, c'est qu'elles s'effondrent. Il y a beaucoup d'humidité, donc des champignons, les fenêtres ne sont pas isolées. Il est insalubre", explique Emmanuel Lannel.

Une situation dangereuse pour les clients et des frais trop élevés pour le tenancier qui ne possède que le fonds de commerce. "On m’a demandé de faire une étude du bâtiment, mais je n'ai pas les moyens, la propriétaire n'a pas les moyens, personne n'a pu le faire. Ils nous avaient donné 15 jours de délai, le délai étant passé, ça a été une fermeture définitive".

durée de la vidéo : 00h01mn47s
C'est une fermeture qui suscite beaucoup d'émotion à Secondigny. Le Gatinois, un des bars restaurants du village des Deux-Sèvres, a du mettre la clé sous la porte en raison de l'état du bâtiment, mais tout n'est peut-être pas perdu. ©Cyril Paquier / France Télévisions

Un possible investisseur ?

Plus de rillettes et de yaourts maison qui ont fait la renommée du restaurant... enfin peut-être pas tout à fait. Le maire tient une possible solution. "J'ai trouvé quand même un investisseur qui est prêt à investir sur ce bâtiment pour le rénover et faire quelque chose qui tienne la route. J'espère que ça va aboutir et que ça aille au bout de la démarche", raconte Jany Péronnet.

Nous n’en saurons pas plus. Emmanuel Lannel va prendre le temps de réfléchir à cette proposition, la propriétaire du bâtiment, elle, se dit prête à céder les murs, pour une bouchée de pain.