Des vaches de réforme font flamber les prix en Corrèze. Les enchères attirent les curieux, mais affolent aussi les acheteurs

La commune de Malemort accueillait ce week-end la 2ᵉ édition de son "Festi Vache", qui célèbre les bovins limousins. Parmi les 150 animaux présents, des "vaches grasses" ont connu un impressionnant succès auprès des acheteurs.

A Malemort, au milieu des expositions de matériel ancien ou des démonstrations de chiens de troupeau, certains bovins attirent particulièrement l’attention.

durée de la vidéo : 00h01mn35s
La commune de Malemort accueillait ce week-end la 2ᵉ édition de son "Festi Vache", qui célèbre les bovins limousins. Parmi les 150 animaux présents, des "vaches grasses" ont connu un impressionnant succès auprès des acheteurs. ©France 3 Limousin

Orane, 900 kilos, plusieurs veaux et cinq mois d’engraissement au compteur, est devenue sur le tard une bête de concours. Ce dimanche matin, Sébastien, son éleveur, espérait faire fructifier son investissement : "On tire 3 ou 4 veaux par vache, et ensuite, on peut commercialiser une bête qui a de la valeur. Quand on a des animaux de potentiel, il faut aller jusqu’au bout."

"On va dire d’où vient la vache"

Neuf bêtes de ce profil étaient mises à la vente lors du 2ᵉ "Festi Vache". Pour les bouchers, c’est une occasion de se démarquer.

Pascal Courdurié, venu de Sainte-Féréole, l’a bien compris et le racontera à ses clients : "On va dire d’où vient la vache, on met des plaques sur les étalages, les gens voient que c’est à côté, ça fait un plus. Quand vous avez des vaches comme ça, ça vaut le coup."

50 % de mieux que le cours ordinaire

Les enchères attirent les curieux, mais affolent aussi les acheteurs. Les prix s’envolent : 9,5 euros le kilo pour la plus chère, c’est 50 % de mieux que le cours ordinaire. En quelques minutes, tout est vendu et Sébastien est rassuré : "Il n’y a pas beaucoup de bêtes bien finies, on avait pas mal d’acheteurs… Aujourd’hui, on avait le vent dans le dos !"

Bouchers et éleveurs sont ravis. On connaîtra dans quelques semaines l'avis des consommateurs.