"Une grande part de nostalgie" : dans les Deux-Sèvres, l'engouement pour les véhicules anciens ne se dément pas

Les véhicules anciens continuent de rencontrer un franc succès. Le 24 mai dernier à Niort, une vente aux enchères a réuni environ 200 personnes. Nostalgie, amour du look ou plaisir des yeux : toutes les raisons étaient bonnes pour admirer ces véhicules.

Solex, Vespas, 2CV : pour les amateurs de véhicules anciens, la salle des ventes de Niort (Deux-Sèvres) est devenue une véritable mine d'or. Le vendredi 24 mai 2024, une vente aux enchères a réuni les amateurs, le plus souvent passionnés et spécialistes, à la recherche de la perle rare.

La nostalgie au rendez-vous

Pierre Toucheteau a flashé sur cette Honda 650, mais il a remarqué un détail de taille : "Tout n’est pas d’origine, elle n’a pas le numéro du châssis, qui a été gratté. Ça va faire un peu baisser le prix de la moto."

La nostalgie est présente dès le début de matinée. Dans l'air, il y a comme un parfum de révolution : "C'est le premier exemplaire qui ait un disque et un démarreur électrique. Il n’y avait pas ça en Europe. Je suis motard depuis 1968, j’ai acheté la même chose que celle-ci, il y a deux ans. Je suis venu en curieux, celle-ci est un peu plus vieille donc un peu plus chère que la mienne."

Un engouement pour les deux-chevaux

Les deux-roues figurent d'ailleurs en bonne place parmi les coups de cœur des visiteurs. Chantal Vallet, elle, est passionnée par les Solex : "C’est vraiment pour le plaisir, on aime rouler dans ces deux-roues un peu vintage, on est toujours très regardé quand on a des deux-roues qui sont un peu hors du temps."

Aujourd'hui, elle avait repéré une 4 L, finalement un peu chère, et de toute façon, "les deux-roues sont en meilleur état, et ce modèle m’a vraiment fait flasher. Nous avons déjà quelques Solex, donc je regardais le 3008 qui aurait pu nous intéresser, les mobylettes. La date de mise en circulation nous a interpellés, le 16 mai 1956, ça nous parle parce que ça se rapproche de la date d'anniversaire de mon mari."

Philippe Berneux, consultant technique spécialiste des véhicules anciens, confirme cet attrait pour les deux-roues de collection, tous restaurés et en excellent d'état. "Tout ce qui est Solex, moto-bécane, moto-confort ; tout ça, ça se vend très bien. Il y a une mode en ce moment, des événements qui se passent sur les circuits Bugatti ou les 24 heures du Mans. Il y a les 12 heures de la mob, il y a des déplacements en mob. Il y a un vrai engouement en ce moment", explique-t-il.

Un autre argument-phare de la vente : "Il y a une part de nostalgie importante, des personnes recherchent la voiture qu’ils avaient quand ils étaient jeunes ou que leurs parents avaient."

Tout ce qui est Solex, moto-bécane, moto-confort ; tout ça, ça se vend très bien.

Philippe Berneux

Consultant technique spécialiste des véhicules anciens

Les véhicules présentés couvrent une large période, depuis les années 20 jusqu'à l'époque récente. Et certaines raretés sortent du lot. "50, 700, 50…, 4 200 euros pour le lot numéro 14 !", assène le commissaire-priseur, au sujet d'une 2CV couleur bleu turquoise.

>> À LIRE AUSSI : EN IMAGES. Un bouchon monstre paralyse une commune : la reconstitution insolite des départs en vacances des années 50 à 70

Une fois dans la salle des ventes, quasiment complète, Il vaut mieux connaître les bonnes astuces à adopter pour remporter la vente. "Il faut être rapide, bien regarder sur l’écran et regarder aussi autour de soi, mais pas de regrets, je reviendrai parce que c’est sympa ces ventes aux enchères."

Les vendeurs aussi trouvent ce dispositif sympathique, sûrement, car il leur permet à leurs véhicules de trouver preneur. 200 personnes étaient présentes sur place et en ligne, autant d'acheteurs potentiels. Olivier Paranthoen a ainsi vendu une moto Kawasaki W 650 2001 au prix de 2 600 euros. "C'est le prix que j’avais mis en annonce et je n’ai pas eu un appel. Quand on passe une annonce, il y a beaucoup de curieux et peu d’acheteurs. Ici, il n'y a que des acheteurs."

Pour se faire plaisir, certains ont déboursé jusqu'à 6 000 euros. "Je suis venu là par plaisir, j’aime les véhicules anciens, je me suis fait plaisir en achetant une ou deux voitures", raconte cet acheteur.

Je fonctionne au coup de cœur.

Un participant à la vente aux enchères

D'autres sont venus pour le plaisir des yeux et pour découvrir un mode de vente encore méconnu. "C'est la première vente aux enchères que je fais, je suis venu voir comment ça se passe, l’état d’esprit des gens", détaille ce participant. "Je fonctionne au coup de cœur. Il y avait une petite mobylette de 1964, de mon année de naissance, mais elle est montée trop vite." Il aura bientôt une nouvelle occasion de se rattraper. La prochaine vente aux enchères automobile organisée à Niort aura lieu au début du mois de juin 2024.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité