• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

DIRECT Affaire Massonnaud. Le policier poitevin est acquitté

Le parquet a requis l'acquittement. / © France 3 Poitou-Charentes
Le parquet a requis l'acquittement. / © France 3 Poitou-Charentes

Cinquième et dernier jour du procès à la cour d’Assises de la Gironde. Ce matin, l’avocat des parties civiles et l’avocat général se sont exprimés. Le parquet requiert l’acquittement de Jocelyn Chauveau. Le verdict est tombé dans l'après-midi, l'accusé est acquitté.
 

Par Mary Sohier

Mise à jour 16h54. 
Le verdict de la cour d'assises d'appel de la Gironde vient de tomber, Jocelyn Chauveau le policier accusé a été acquitté. Il a accueilli ce verdict en larmes, alors que François Massonnaud, le père de la victime semblait abasourdi, il a d'ailleurs quitté le palais de jutice en courant sans parler aux journalistes présents.


« Ça ne serait pas juste qu’il soit condamné pénalement » Sans appel et après cinq jours de débats à la cour d’Assises de la Gironde, l'avocat général demande l'acquittement de Jocelyn Chauveau.
 « Je ne m’interdisais pas de modifier mes positions. Mais j’ai vu en face de moi quelqu’un de calme et réfléchi. Olivier Massonnaud était potentiellement armé quand Jocelyn Chauveau a tiré », a-t-il ajouté.

« Le permis de tirer deviendrait le permis de tuer »

Plus tôt dans la matinée, Maître Maisonneuve, l'avocat des parties civiles, a tenté d’expliquer la position de son client. Il est revenu sur ces 12 années de procédure et sur le combat de François Massonnaud, le père de la victime. Un combat qu’il a mené seul. Pour l’avocat, la justice n’a cessé d’accabler cet homme : « On est arrivé à ordonner une expertise psychologique du père. Je n’ai jamais vu ça en 30 ans de carrière. »
 
Après plus d’une heure de plaidoirie, l’avocat s’est retourné vers les jurés, leur assenant : « Vous devez être juges de certitude. Si vous retenez la légitime défense, le permis de tirer deviendrait le permis de tuer. »

La thèse de la légitime défense

C'est justement le coeur du débat. Les deux avocats de la défense, Maître Patricia Coutand et Maître Patrick Lienard, ont brandi la thèse de la légitime défense dans leurs plaidoiries.

Maître Patricia Coutand : « Sa décision a été de protéger son collègue. Qu'est-ce qu'il fallait faire d'autre ? Il n'a pas sa place aujourd'hui devant une cour d'Assises. »

Regardez le reportage de Mary Sohier, Alain Darrigrand et Alexandre Liegard.
Intervenants : Maître Jean-Yves Liénard, Avocat de la défense; Maître Patricia Coutand, Avocate de la défense.
Compte rendu d'audience

 

Sur le même sujet

François Asselin - invité du 19/20 de France 3

Les + Lus