À Périgueux, les anti-obligation vaccinale entament une grève de la faim

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pascal Faiseaux .

Peu nombreux mais déterminés à se faire entendre, les contestataires se sont installés en plein centre-ville, devant la cathédrale de Périgueux. Ils dénoncent l'obligation vaccinale et les sanctions contre ceux qui refusent de s'y plier dans le secteur médical

Certes, on est loin du millier de manifestants anti-passe réunis en Dordogne le week-end précédent. Mais pour se faire entendre, la détermination est parfois plus parlante que le nombre. Et Stéphanie, infirmière au Centre Hospitalier de Périgueux, est bel et bien déterminée à se faire entendre, de cette manière-là s'il le faut, puisque les autres ont échoué.

Au pied de la cathédrale

Hier soir, elle a donc rejoint une autre collègue, Adélaïde, orthophoniste à l'hôpital, et Francis, retraité de l'enseignement. Tous trois sont installés sous un abri de toile en plein centre-ville de Périgueux, face à la cathédrale. Et tous trois ont entamé une grève de la faim illimitée pour s'opposer à l'obligation de vaccin imposée par le gouvernement.

Ma motivation personnelle c'est de retrouver mon droit au travail et ma liberté de choix. Que cette obligation vaccinale d'un vaccin en phase expérimentale s'arrête.

Stéphanie Dranguet, infirmière au Centre Hospitalier de Périgueux

Des manifestants anti passe sanitaire et obligation vaccinale ont entamé une grève de la fin depuis mardi 28 septembre au soir. ©France 3 Périgords

 

Ce qui se passe, c'est qu'on n'a aucun moyen, en utilisant les outils de militants habituels, les outils démocratiques. C'est pour ça, en restant pacifiste qu'il est important, de mener une action radicale. C'est pas anodin du tout. Je me fais violence à moi, parce que j'ai besoin qu'on soit entendus.

Adélaïde Jorand, orthophoniste à l'hôpital de Périgueux

Adélaide, orthophoniste du centre hospitalier de Périgueux a entamé elle aussi une grève de la faim pour manifester contre l'obligation vaccinale

Après les manifestations de masse à travers la France qui visiblement n'ont pas suffi à infléchir le gouvernement, ces opposants tentent là de trouver un nouveau moyen, plus extrême, de faire entendre la voix des anti-vaccin obligatoire et notamment des personnels hospitaliers privés du droit à travailler du simple fait de leur opposition.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité