Bergerac : le tabernacle de l'église Saint-Jean des Cordeliers profané, et les hosties volées

Le tabernacle de l'église Saint Jean des Cordeliers profané, les hosties consacrées volées / © Mathieu MG Goyer
Le tabernacle de l'église Saint Jean des Cordeliers profané, les hosties consacrées volées / © Mathieu MG Goyer

La police se pose des questions : qu'est-ce qui a motivé le voleur pour qu'il ne vole que deux ciboires, d'une valeur relative, et les hosties consacrées qu'ils contenaient ?

Par Pascal Faiseaux

C'est hier mardi après-midi que, profitant de l'absence de l'abbé et de l'ouverture des lieux, un voleur s'est introduit dans l'église Saint-Jean des Cordeliers à Bergerac, rue Clairat.
Discrètement, il fracture la porte du tabernacle fermé à clé, et vole deux ciboires dans lesquels étaient placées des hosties consacrées. Le tissus qui recouvrait le tabernacle ayant été soigneusement replacé l'Abbé Sébastien Gabard ne s'est aperçu du vol que le soir même. 

Il n'a rien volé d'autre, la police était étonnée ! Abbé Gabard

Le plus étonnant, c'est que le voleur n'a pris que ces deux objets, délaissant d'autres ornements beaucoup plus précieux, dont certains en or fin.
L'un des deux ciboires est tout de même en argent, mais d'une valeur toute relative.

Secte et faux-culte ?

D'où l'interrogation de l'Abbé qui soupçonne le voleur de vouloir utiliser ou revendre ces hosties consacrées pour un "faux-culte". 

Empreintes et ADN

Une plainte a été déposée auprès de la police nationale qui a dépêché un expert technique pour relever d'éventuelles empreintes digitales et traces ADN.

Messe de réparation

Ce soir, l'Abbé Gabard organise une "messe de réparation", mais s'avoue choqué par cet acte. D'autant que ce n'est pas la première fois que son église est profanée. En 2017 et en 2018, la façade du bâtiment avait été taguée, la deuxième fois avec des inscription visant clairement cette congrégation catholique intégriste
 

Le tabernacle de l'église a été profané / © Mathieu MG Goyer
Le tabernacle de l'église a été profané / © Mathieu MG Goyer

Sur le même sujet

Les + Lus