Dordogne : les militants LR appelés à désigner leur chef ce week-end

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sébastien Bouwy .

Les 1300 militants LR de Dordogne à jour de leur cotisation 2016 pourront voter électroniquement ce week-end pour désigner leur chef de file. 
En Dordogne, la droite est partagée entre les légitimistes et ceux qui "lorgnent" du côté de la République en Marche.




Ils sont 3 à être candidats à la présidence des Républicains : Laurent Wauquiez, Florence Portelli et Maël de Galan. Dans le département le favori des sondages Laurent Wauquiez ne fait pourtant pas l'unanimité même chez les ténors du parti  : 







Dominique Bousquet, le patron des républicains en Dordogne le martèle : "il faut repartir à la charge pour avoir une France d'alternance" et pour lui le général ne peut-être que Laurent Wauquiez. "Il est le seul capable de rassembler" explique le maire de Thenon.

Ce chiraquien de la première heure se veut fidèle à sa famille et ne supporte pas de voir certains ténors de son parti dans le département lorgner sans vergogne vers le camp Macron, "même s'ils n'ont toujours pas réussi à franchir le rubicon".

 



Le maire de Neuvic, François Roussel votera sans sourciller Laurent Wauquiez. "Il incarne une droite classique et patriote qui aime l'ordre et a le sens des valeurs. Beaucoup de nos électeurs sont partis pour le front national, non pas parce qu'ils sont racistes mais parce qu'on ne les défendait plus sur les questions de l'identité et de la sécurité" explique t'il. 



Au regard de l'actualité, François Roussel estime que sur ces dernières questions "il y a une forme de lâcheté du pouvoir politique et qu'il ne faudra pas se plaindre si nos enfants vivent l'enfer".  





 



Jérôme Peyrat prendra part au scrutin. Il votera pour Maël de Calan, le candidat soutenu par Alain Juppé. Rien d'étonnant quand on connaît le parcours du maire de La  Roque Gageac qui avoue "ne plus trop se sentir à sa place dans ce parti". Il n'accepte pas de voir son mouvement politique piloté par Laurent Wauquiez  "Notre parti était à la base l'alliance de la droite et du centre, demain ce sera l'alliance de la droite dure et de la droite libérale, à peu près ce qu'il y a de pire" souffle l'élu. Cette prise de position n'étonnera pas les amis politiques de Jérôme Peyrat qui lui avaient reproché récemment sa participation à une réunion de La République en Marche. "A ceux qui me disent qu'est-ce que tu attends pour aller chez Macron, je réponds qu'est-ce que vous attendez pour aller chez Le Pen" et de conclure :  "Vous savez quand il y a un conjoint violent  c'est à lui qu'on demande de quitter le domicile".







Laurent Mossion, 1er-adjoint au maire de Périgueux hésite entre le vote blanc et Maël de Calan. La ligne Wauquiez ne lui convient pas car "trop à droite ! ". L'élu rappelle qu'il est issu de la famille centriste.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité