• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Gilets jaunes : Une équipe de France 3 insultée et menacée en Dordogne

© France 3 Périgords
© France 3 Périgords

Une équipe de l'édition locale de France 3 Périgord a été malmenée ce vendredi sur un barrage des gilets jaunes à Sarlat en Dordogne. Ces deux jeunes femmes qui réalisaient quelques images du rassemblement des gilets jaunes sur un rond-point ont été insultées, bousculées et menacées. 

Par Delphine Vialanet

"Si demain vous revenez, ça va mal aller pour vous ! 

Un groupe de 5 personnes, appartenant au mouvement des gilets jaunes a pris à partie ce vendredi deux journalistes de l'édition locale de France 3 Périgord. Ces cinq hommes ont tenté d'arracher la caméra des mains de la journaliste reporter d'images, ont cassé un micro et ont menacé les deux jeunes femmes de représailles.
Elles avaient pourtant pris le temps de discuter avec d'autres membres du collectif qui les avaient accueillies sans agressivité. Ils avaient même tranquillement expliqué à nos consoeurs en quoi consistait leur rassemblement. La tension est venue ensuite, d'un groupe isolé.  
 

Pour éviter les tensions inutiles, on discute avant toute chose

Les deux jeunes femmes avaient été envoyées à Sarlat pour réaliser un reportage sur une actualité différente du mouvement des gilets jaunes. En passant devant le rond point de l'avenue de la Dordogne, elles ont décidé de tourner quelques images sur le rassemblement de gilets jaunes qui s'y tenaient. Cela permet d'annoncer également la journée d'actions du lendemain, samedi 1er décembre. 
Sans agressivité particulière, nos consoeurs ont été accueillies par plusieurs membres du blocage. Elles ont expliqué leur démarche, la raison de leur présence. Les gilets jaunes ont expliqué à leur tour la raison de ce rassemblement. Ils avaient construit une potence pour symboliser la pendaison du peuple français par l'Etat avec le slogan : " L'Etat me tue" 
© France 3 Périgords
© France 3 Périgords
Lorsque les deux journalistes ont regagné leur véhicule pour partir, elles ont remarqué qu'un groupe de cinq hommes courrait dans leur direction. Les cinq hommes qui s'étaient éloignés du groupe principal ont commencé à insulter les deux journalistes. Ils ont poursuivi l'intimidation en les menaçant de représailles si elles diffusaient ces images le soir dans le journal.

Si vous diffusez ces images, ça va mal aller pour vous demain si vous revenez ! On va pourrir France 3 

Comme la journaliste reporter d'images refusait de leur donner la carte mémoire qui contient les images, ils ont essayé de lui arracher sa caméra des mains. Il y a eu une bousculade. Le micro de cette caméra a été cassé et nos consœurs ont été bousculées. 
Elles ont réussi à rentrer dans leur voiture et à repartir, très choquées. 

France 3 a porté plainte dans cette affaire.

Cet événement n'est pas isolé. Les épisodes avec des journalistes insultés et bousculés lorsqu'ils exercent leur métier deviennent de plus en plus fréquents. La liberté de la presse est ainsi menacée. Les journalistes ont pour mission de relater les faits, sans parti-pris, en toute indépendance. La liberté de la presse est un droit fondamental inscrit dans la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen. 
De même, la liberté d'exprimer ses opinions est garantie par la loi. Le droit de manifester est garanti symboliquement par son inscription dans la Déclaration de 1789 dans l'article 10 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi.»

Le directeur de l'information régionale, Bernard Loche a rappelé aux équipes de France 3 qu'elles doivent veiller à leur propre sécurité tout en poursuivant leur mission :
"Quelles que soient les difficultés que nous rencontrons sur le terrain, nous sommes déterminés à continuer à remplir notre mission de service public et à informer nos concitoyens, au-delà de toutes tentatives d’intimidation, physiques ou verbales."
 

Sur le même sujet

Bordeaux : des sites culturels fermés, des événements annulés ce samedi

Les + Lus