L'enfer de Jean-Claude, déclaré décédé par erreur

Publié le Mis à jour le

Depuis le mois de mars dernier, Jean-Claude, un habitant de Piégut-Pluviers en Dordogne est officiellement décédé. Enfin, selon sa caisse de retraite. Depuis, il n'a pas touché sa pension et il n'a plus de couverture sociale.

C'est Bernadette, sa femme, qui découvre, presque par hasard, le pot aux roses. Elle tient ses comptes "à l'ancienne" confie-t-elle, "dans un livre de comptes". Le 1e avril 2022, elle constate que la pension de retraite de son mari n'a pas été versée. Le 5 avril, elle vérifie à nouveau. Toujours pas trace d'un versement. Elle s'aperçoit que la carte vitale de son époux est également désactivée. 

Je me suis dis , ce n'est pas normal ! J'ai téléphoné à mon banquier qui m'a dit "Mais Madame Laprie il va falloir voir avec votre caisse de retraite parce que nous avons reçu une demande de confirmation de décès de votre époux."

Bernadette Laprie

Les propos de son banquier lui font l'effet d'un "tsunami" : 

Tout de suite dan ma tête, ça fait tilt ! Je suis au courant de pas mal de gens qui ont été dans des situations dramatiques dont un monsieur qui, pendant un an, n'a pas pu toucher sa retraite et qui est tombé en dépression

De son côté, Jean-Claude accuse le choc. 

Sur le coup, je ne comprenais pas ! Se retrouver sans retraite, sans couverture sociale sans rien ... Si on va à l'hôpital, il faut payer ? Et comment on se fait rembourser après ? Faut pas être malade, Faut pas avoir d'accident !

Jean-Claude Laprie

Jean-Claude est d'autant plus angoissé qu'il fait du VTT "avec des jeunes " et que les accrochages ne sont pas rares sur les routes entre voitures et deux roues.

"Le plus dur, estime Jean-Claude, c'est pour la famille, les proches. On sait qu'un jour ou l'autre, on va y passer. On prend de l'âge mais tant qu'on peut ...."

Bernadette prend vite les choses en main et cherche à comprendre. Elle se souvient alors que son mari s'est fait voler ses papiers d'identité fin 2021, avant d'avoir une autre idée, plus logique, celle d'un homonyme qui serait décédé. Elle commence alors ses recherches et découvre un Jean-Claude Laprie décédé le 2 mars près de Bazas en Gironde. Elle se dit que "c'est peut-être la clé de la solution". 

En creusant, elle s'aperçoit que la caisse de retraite complémentaire a bien envoyé un courrier demandant confirmation du décès de son époux à sa banque mais aussi à la mairie de Piégut-Pluviers et à la mairie de son lieu de naissance. Pourtant, elle n'a rien reçu !

durée de la vidéo : 01min 37
L'enfer de Jean-Claude Laprie déclaré décédé par erreur ©France télévisions


Bernadette ne se laisse pas abattre. Elle demande une copie intégrale de l'acte de naissance de Jean-Claude, fait établir un certificat de vie et envoie un courrier en recommandé à la Carsat, la CPAM et à la retraite complémentaire le 8 avril. 

La Carsat confirme "une erreur" et s'engage à régulariser le dossier de Jean-Claude. Le responsable de son dossier à la CPAM prend le temps de l'appeler pour s'excuser. 


Le comble pour Jean-Claude a été de recevoir sa carte d'électeur. Il a refusé de voter. 

Je ne vais pas voter ! Je suis mort !

Jean-Claude Laprie

La situation du couple a ému proches et amis qui espèrent une issue rapide. Vendredi 15 avril, la retraite de Jean-Claude n'avait toujours pas été versée.