Papeteries de Condat : suicide d'un cuisinier dont l'emploi était menacé par le plan social

Alors que la direction devait présenter son plan de sauvegarde de l'emploi au personnel ce matin, un salarié qui travaillait en sous-traitance pour l'usine s'est donné la mort dans la nuit. Le quadragénaire, père de famille, avait son emploi mis en jeu par le plan social

L'homme, un quadragénaire père de famille, était cuisinier travaillant pour un sous-traitant à la cantine de l'établissement. Cette cantine pouvait faire l'objet d'une fermeture suite à l'annonce par la direction, le 20 juin dernier, de la réduction de la moitié de son activité et de la réduction de plus de 180 personnels.

Réaction de ses collègues ce matin

durée de la vidéo : 00h02mn42s
Éric Pastourie, élu au CE des papeteries, réagit après le suicide du cuisinier de l'usine ©France 3 Périgords

Hier, l'homme était présent lors d'une assemblée générale qui avait rassemblé 250 salariés, sur les 420 que compte l'établissement. 187 postes sont en jeu suite à la décision de la direction.
"C'était le cuisinier. Cette cantine, elle ne peut tourner qu'avec un nombre minimum de personnes. Avec 206 personnes qui devaient rester à la fin du PSE, il paraîtrait compliqué de maintenir la cantine dans l'état actuel du fonctionnement", explique Eric Pastourie, élu au CE des Papeteries. 

Il aurait pu y avoir un autre fonctionnement comme ça se fait dans d'autres endroits, mais c'est plus, après, le métier de cuisinier. Et, c'est ce que je pense, dans son discours qu'il a eu depuis longtemps, c'était l'anxiété qu'il avait.

Éric Pastourie, élu au CE des papeteries

La crainte des répercussions psychologiques du plan social

Philippe Delord, employé aux papèteries de Condat, réagit après le suicide d'un des employés dont l'emploi était menacé ©France 3 Périgords - Colyne Rongère

On le dit depuis toujours : eux ils voient les chiffres, nous on voit l'homme, et nos collègues !

Éric Pastourie

La nouvelle a suscité la réaction du député écologiste de la Dordogne Sébastien Peytavie, qui a fait part de sa tristesse sur Twitter.

La direction réagit, la réunion ajournée

La réunion pendant laquelle la direction devait présenter le premier volet de son PSE (Plan de Sauvegarde de l'Emploi) a été ajournée à la demande des représentants du personnel et dans un communiqué, la direction a réagi à la nouvelle à la mi-journée

"Ce matin, la direction de Condat a appris avec beaucoup de tristesse le décès d'un cuisinier de la cantine de l'usine, qui, bien que n'étant pas un employé de la société, côtoyait au quotidien des salariés.

La direction et les employés de Condat souhaitent exprimer leurs condoléances et toute leur sympathie à la famille et aux amis du défunt.

L'entreprise a mobilisé l’ensemble des ressources nécessaires au soutien psychologique des salariés.

Elle a par ailleurs décidé de reporter à la seconde semaine du mois de juillet la première réunion du CSE concernant l'annonce faite la semaine dernière au sujet de la ligne 4 de l'usine."

Ce n'est pas la première fois que l'entreprise vit ce drame. Il y a une vingtaine d'années, un employé s'était déjà donné la mort sur le site, lors de la présentation d'un précédent plan social.