600 conducteurs interceptés sous l'emprise de stupéfiant en Dordogne en 2018

Publié le Mis à jour le

Samedi la gendarmerie de Dordogne a procédé à une opération de contrôle de stupéfiant sur les communes de St Sauveur et Couze St Front. Chou blanc, aucune infraction n'a été relevée. Mais l'an dernier les contrôles ont permis d'intercepter 600 conducteurs "positifs"

Les opérations de contrôle "stups" se font toujours en collaboration avec plusieurs unités. Samedi dernier en milieu de journée à l'initiative du Parquet de Bergerac le contrôle s'est effectué en Pays Lindois sur les communes de St Sauveur et Couze St Front.

Il s'agissait d'un contrôle "de routine" pour relever d'éventuelles infractions graves mais aussi de déceler d'éventuelles possesseurs ou consommateurs de produits stupéfiants.

Sur place les brigades de Lalinde, de Beaumontois en Périgord et du Peloton de Sécurité et d'Intervention de Gendarmerie de Bergerac avaient le soutien de chien de l'équipe cynophile du Psig de Bouliac, indispensable pour détecter toute trace de stupéfiant dans les véhicules.

Ce samedi, pas d'infraction de ce type, mais les contrôles se poursuivront tout au long de l'année. L'an dernier, ces opérations ont permis d'intercepter près de 600 conducteurs sous l'emprise de produits stupéfiants sur le département de la Dordogne.

Pour mémoire, la consommation de stupéfiants multiplierait par deux le risque mortel d’accident de la route. Les effets euphoriques et déinhibititeurs de ces produits modifient la perception spatio temporelle et provoquent une perturbation sensorielle absolument incompatible avec la conduite d’un véhicule.

Être intercepté pour une telle infraction est passible de la perte de 6 points sur le permis de conduire et d'un passage au tribunal. Selon la gravité, les faits peuvent conduire à une amende maximale de 4 500€, la suspension de 3 ans du permis de conduire sans sursis ni « permis blanc », à l'immobilisation du véhicule et à 2 ans d’emprisonnement.
 ​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​