Contournement de Beynac : non, la démolition n'a pas encore débuté

Peu avant Noël, les passants ont vu évoluer quelques camions et des grues autour du chantier de Beynac. Ils en ont déduit que les travaux de démolition avaient peut-être débuté. Fausse alerte

C'était juste avant noël. Des ouvriers qui s'agitent, des camions qui vont et viennent et quelques grues, il n'en fallait pas plus pour que certains passants pensent y voir le début des travaux de démolition du fameux chantier. 

Fausse alerte, renseignements pris, il ne s'agissait que de délester les piles du pont des souches qui s'y étaient accumulées suite au pluies abondantes de ces derniers jours. 
Après deux jours d'agitation, le site avait retrouvé son calme habituel... Une sorte de trêve de noël. Mais cette nouvelle année devrait apporter du nouveau. Germinal Peiro a affirmé que la procédure de démolition était engagée depuis le 23 décembre.
Il faut dire qu'après la décision de la cour administrative d'appel de Bordeaux le 10 décembre dernier qui a ordonné la destruction du chantier et la remise en état du site, le Conseil Départemental n'a pas vraiment le choix pour rester dans la légalité. Il devait montrer qu'il agissait dans ce sens avant la date butoir du 10 janvier. 
Dans une lettre adressée aux services de la préfecture de Dordogne, il aurait indiqué avoir lancé un appel d'offre pour trouver un maître d'oeuvre et débuter des études pour la démolition du chantier.

Début de la fin de l'histoire ?

Pas sûr, car dans le même temps, Germinal Peiro compte toujours saisir le Conseil d'État dans l'espoir d'un revirement de la justice... Il indique par ailleurs que cette démolition prendra des mois...voire des années

​​​​​​​

NOS REPORTAGES SUR BEYNAC







 
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité