Municipales 2020 Boulazac : Jérémy Pierre-Nadal veut «déboulonner» Jacques Auzou

Jérémy Pierre-Nadal au centre avec ses co-listiers
Jérémy Pierre-Nadal au centre avec ses co-listiers

Jérémy Pierre-Nadal entend bien mettre un terme au règne de Jacques Auzou. Ce dernier a indiqué vouloir briguer un sixième mandat. Son challenger,lui,souhaite faire revivre l’alternance à Boulazac Isle Manoire
 

Par Sébastien Bouwy

Il appréhende la campagne en outsider. L’homme sait que la partie n’est pas facile : «il faut déboulonner la statue du commandeur » glisse-t'il. Aux dernières municipales, Jacques Auzou n’avait pas eu à s’en faire. Une élection sans surprise. Une seule liste, la sienne. En fusionnant en 2016 avec les communes voisines dont Atur, il a importé de nouveaux élus dans son conseil municipal dont ce Pierre-Nadal qu’il va apprendre à connaître.


Deux listes !

Après s’être présenté contre lui aux cantonales, le jeune trublion prend la tête d’une liste citoyenne « Vivons Boulazac Isle Manoire ». La campagne se fait au pas de charge, ses équipes font du porte à porte, incitant peut-être Jacques Auzou à entrer plus tôt dans la course. Le maire-sortant a donc fait savoir ce vendredi qu’il briguait un nouveau mandat. (cf document bas de l'article)

 « Je suis ravi qu’il y ait deux listes déclarées, c’est une bonne nouvelle pour la démocratie locale, les habitants de Boulazac Isle Manoire auront un vrai choix et pourront confronter deux projets » glisse non sans ironie, son challenger
Pour ce jeune élu, il n’est pas bon de rester sur les mêmes fonctions trop longtemps « on prend des habitudes, on n’est plus créatif et on finit par manquer d’enthousiasme ».
La fusion avec les communes voisines aura donc eu aussi pour conséquence de faire revivre le pluralisme.
 
 
Une réunion publique de la liste "Vivons Boulazac Isle Manoire"
Une réunion publique de la liste "Vivons Boulazac Isle Manoire"


Une meilleure rigueur budgétaire

Si Jérémy Pierre-Nadal reconnaît un bon bilan du maire-sortant en matière sportive et culturelle.
Il est plus septique sur le budget : « sur les trois dernières années, l’épargne a été divisée par deux et la dette a grimpé ». Il s’appuie sur un récent rapport de la chambre régionale des comptes pour écorner le côté « bon-gestionnaire » de Jacques Auzou. (cf rapport en bas d'article)

Jérémy Pierre-Nadal souhaite rompre avec la stratégie du maire actuel : « son modèle a toujours été de créer une dynamique afin d’attirer de nouveaux habitants et de déplacer les entreprises de l’agglomération vers la commune. Quand la dynamique s’est tarie, lui est alors venu l’idée de la fusion pour récupérer du foncier et l’échangeur autoroutier de Saint-Laurent, mais les gens qui se sont installés sur Atur et les autres petites communes n’ont pas envie forcément de voir tout se bétonner, il faut respecter le choix des habitants  qui ont plutôt misé sur la campagne »

L’environnement

Le candidat se dit pour un développement raisonné et plus soucieux de l’environnement «Jacques Auzou utilise dans sa lettre de candidature, un nouveau vocabulaire grâce à nous : il parle de végétaliser l’espace publique et de protéger les espaces naturels ».
Une prise de conscience tardive pour Jérémy Pierre-Nadal qui regrette « les arbres centenaires abattus sur la zone du Ponteix pour créer une enième salle des sports »

L’école : une priorité

Le père de famille entend mettre l’école au rang de ses priorités. Il veut créer une école municipale des langues et concernant la restauration, en finir avec les cuisines centrales mais inscrire le chef dans les équipes pédagogiques avec un approvisionnement local.

La voirie

Sur les trois derniers exercices Jérémy Pierre-Nadal affirme que seulement 60% du budget voierie a été dépensé.
Le candidat envisage de travailler à un plan voierie sur 3 ans et de lister les situations d’urgentes afin d’y remédier au plus vite

Au cabinet d’Alain Rousset

Si à la base, il se destinait à un métier de technicien, Jérémy Pierre-Nadal s’oriente vers la politique après un cursus à Sciences-Po Aix-en-Provence. Entre 2007 et 2012, il est l’attaché parlementaire d’Alain Rousset, puis son directeur de cabinet durant quatre ans à l’association des régions de France. En 2014, il entre au conseil municipal d’Atur. Il se présente aux cantonales de 2015 où il obtient 18,91% des voix face notamment à Jacques Auzou.   Aujourd’hui, il est directeur de l’observatoire des politiques régionales.

Périgordin de cœur  

Né à Noisy-le-Grand, en région parisienne, Jérémy Pierre Nadal est profondement attaché au  Périgord où vivait son grand-père. Ce dernier habitait près de la piscine Bertran de Born de Périgueux.Enfant,le petit Jérémy aimait jouer dans un potager qui se trouvait en lieu et place des locaux du Grand-Périgueux. Sans le savoir, il marchait déjà sur les futures plates-bandes de Jacques Auzou.





Voir ci dessous 
 

Sur le même sujet

Les + Lus