Cet article date de plus de 3 ans

Thiviers : polémique autour de la carrière

Faire une grande carrière n'est pas toujours du goût de tout le monde. A Thiviers, les riverains de la carrière s'inquiètent des projets d'extension sur une quinzaine d'hectares supplémentaires
durée de la vidéo: 03 min 15
Bertrande Andrieux ©France 3 Périgords

C'est une nouvelle illustration de l'éternel débat entre l'emploi d'un côté et les nuisances industrielles de l'autre. Les carrières de Thiviers ont été créées en 1936 et intégrées au groupe BASALTES en 1969. Ce sont aujourd'hui les plus importantes carrières d’Aquitaine. Avec ses filliales principalement basées en Dordogne, elles produisent chaque année plus de 3 000 000 tonnes de granulats et plus de 60 000 m3 de Béton prêt à l’emploi. Ses matériaux se retrouvent dans les grands chantiers des autoroutes A10, A20, A89, A65, A63, les contournements et les aéroports de Périgueux et de Bergerac ou encore la LGV Tours - Bordeaux.  
En 1992, 150 hectares ont été concédés  à l'entreprise sur la commune de Thiviers. Elles y exploite du grès, une roche dure. Après avoir investi une vingtaine d'hectares, les Carrières ont ensuite procédé à plusieurs extensions pour en arriver aujourd'hui à  90 hectares sur 5 carrières à ciel ouvert. Et l'activité étant florissante, un nouveau projet d'extension sur une quinzaine d'hectares est envisagé.
C'est cette nouvelle extension qui fait râler parmi les riverains.  Outre l'atteinte à l'environnement, ils dénoncent la perturbation de la faune, la disparition des surfaces boisées, la pollution aux poussières, les navettes incessantes de camions, les tirs de mines redoublés, etc.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie polémique société environnement