Peu sollicité durant la première vague Covid, l'hôpital de Bergerac a dû s'organiser pour la seconde

Le centre hospitalier Samuel-Pozzi de Bergerac en Dordogne était resté relativement loin de la première vague, mais l'ampleur de la deuxième l'a poussé à activer son plan blanc fin octobre.
L'unité Covid 19 de l'hôpital de Bergerac est prêt à accueillir une vingtaine de patients
L'unité Covid 19 de l'hôpital de Bergerac est prêt à accueillir une vingtaine de patients © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Bertrand Lasseguette
Ce qui s'est passé à l'hôpital de Bergerac est un peu à l'image du reste de la Dordogne. Une première vague en mars, avril et mai assez peu importante au regard du reste du territoire. Il en va autrement aujourd'hui. En deux jours, la Dordogne vient de comptabiliser 6 décès supplémentaire à l'hôpital (depuis le début de la crise on dénombre 29 décès) et 90 personnes sont hospitalisées, dont plus d'une quinzaine en réanimation.
La salle de déchoquage est prête à accueillir en urgence des patients COVID en état grave
La salle de déchoquage est prête à accueillir en urgence des patients COVID en état grave © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Bertrand Lasseguette
La première vague avait été essentiellement absorbée par le centre hospitalier de Périgueux, et il n'avait pas été besoin de trop solliciter les structures voisines. Le centre Samuel Pozzi de Bergerac n'avait accueilli qu'une quinzaine de patients atteints d'une forme légère du Covid. Les choses s'étant compliquées depuis, le Plan Blanc a été activé le 31 octobre.

C'est le schéma territorial de l’offre de soins en Dordogne qui répartit les besoins et les possibilités d'accueil dans l'ensemble des structures du département. Pour soulager la sur-activité de l'hôpital de Périgueux, Bergerac a dû utiliser les lits de réanimation qui n'avaient pas servis la première fois.
Les services de l'hôpital de Bergerac sollicités à leur tour par la pandémie
Les services de l'hôpital de Bergerac sollicités à leur tour par la pandémie © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Bertrand Lasseguette

Pour l'heure il n'a pas été nécessaire de déprogrammer les interventions prévues à Bergerac. D'ailleurs, ce sont plutôt les patients qui rechignent à se rendre à l'hôpital en période de pandémie, même si la tendance est moins marquée qu'au printemps dernier.
Les appareils, les locaux et les personnels sont prêts à accueillir d'éventuels patients COVID si le besoin s'en fait sentir
Les appareils, les locaux et les personnels sont prêts à accueillir d'éventuels patients COVID si le besoin s'en fait sentir © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Bertrand Lasseguette

Les patients COVID nécessitant des soins polyvalents ou la mise en salles de réanimation continuent d'aller sur Périgueux. Pour parer aux cas légèrement moins grave, Bergerac peut potentiellement accueillir de 12 à 16 patients atteints d'une forme sévère du Covid dans un service dédié qui a pris la place du service médico-ambulatoire (ce dernier ayant été délocalisé au deuxième étage). Pour les cas les moins graves, 20 places en chambre isolées sont également disponibles.

Autant de perturbation dans un milieu déjà en manque chronique de personnels. Depuis le début de l'épidémie, plus de 10 000 heures supplémentaires ont été effectuées ici
L'hôpital de Bergerac s'est préparé à une arrivée de cas Covid ©France 3 Périgords
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société