Les postiers toujours mobilisés en Dordogne après le suicide d’une factrice

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sandrine Papin
Environ 300 personnes ont assisté au rassemblement devant la sous-préfecture
Environ 300 personnes ont assisté au rassemblement devant la sous-préfecture © France 3 Perigord

Deuxième semaine de mobilisation. Les salariés du secteur de Sarlat et Siorac-en-Périgord continuent d’exercer leur droit de retrait après le suicide d'une collègue. Ils ont manifesté ce lundi après-midi.
 

Le bras de fer entre la poste et ses salariés se poursuit en Dordogne. Au 12 ème jour de conflit, les employés du centre de Sarlat et de Siorac-en-Périgord ont une  nouvelle fois exercé leur droit de retrait. Une manifestation a réunit environ 300 personnes devant la sous-préfecture. 

Les syndicats dénoncent un contexte de harcèlement après la mort d’une de leur collègue, Paula
Le 24 octobre, cette mère de famille de 44 ans, employée sur une plateforme de distribution du courrier, qui était en arrêt maladie depuis plusieurs mois pour dépression, s'est donnée la mort.

   

Réunions entre syndicats et direction

Avant la manifestation, syndicats et direction se sont retrouvés autour d’une table pour une nouvelle réunion. A l'ordre du jour : la légalité du droit de retrait exercé par les postiers et un débat sur l'existence d'un danger grave et imminent lié aux conditions de travail.

Les personnels demandent toujours la mise à pied de trois supérieurs hiérarchiques locaux. Une délégation a été reçue à la sous préfecture. De son côté, la direction rappelle avoir mis en place un nouveau directeur par intérim. Une nouvelle réunion est prévue mardi matin


Voir le reportage de France 3 Aquitaine
 
Périgord : la mobilisation continue après le suicide d'une employée de la poste de Sarlat

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.